+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Politique

SUD-KIVU : Projet PICAGL, le vice-gouverneur Malago a deçu (beneficiaires)

552views

Le lancement de la journée porte ouverte du Projet Intégré de Croissance Agricole dans les Grands Lacs /PICAGL, en province du Sud-Kivu à Bukavu, est intervenu au chapiteau du cercle sportif de Labotte en commune d’Ibanda, Lundi 08 février 2021.  Plusieurs voies se sont levées pour décrier la mauvaise gestion alors que les partenaires du PICAGL rassurent une réussite. Pas des routes de dessertes agricoles réhabilitées, la sécurité alimentaire tant attendue n’arrive presque pas. Les Sud-Kivu et le Tanganyika dépendent toujours de l’extérieur en produits alimentaires a déclaré David Mubalama.

Jean Damas Bulubulu coordonnateur national du PICAGL devant une grande assemblée assoiffée de savoir où seraient parti  plus d’une centaine des millions alloués à cette organisation pour améliorer le secteur agropastoral dans l’Est de la RDC a fourni ses moyens de défenses en expliquant comment serait utilisé une portion de cet argent.

Lire aussi: SUD-KIVU : PICAGL, une escroquerie pure et simple (FEC)

De prime à bord, le gouvernement Congolais avait reçu un financement de 150 millions de dollars américains sur crédit IDA auquel s’ajoute un Don Japonais (PHRD Grant) pour une somme allant de 2,7millions de dollars américain alloués aux activités nutrition.

L’objectif du projet serait d’accroitre la productivité agricole et la commercialisation dans les zones ciblées en RDC, améliorer l’intégration régionale dans le secteur agricole, mais aussi de fournir une réponse immédiate et efficace en cas de crise ou d’urgence déclarée.

Alors que le projet devrait bénéficier à 200 000 ménages vivant dans le corridor Bukavu-Uvira-Fizi-Kalemie, certains élus pensent que la cible avait été mal choisie et que par conséquent le projet n’a aucun impact sur le vécu de la population. 21 millions déjà consommés n’est pas une fausse affaire car s’ils seraient distribués à 8 territoires à raison de 2 millions cela aurait de l’impact considérable et les indices seront vérifiable sur le terrain d’exécution, confirme David Mubalama, député Provincial du Sud-Kivu.

‘’Les critiques négatives sur l’exécution du travail sont permises et bien fondées. La ville de Bukavu et ses périphéries traversent un sérieux problème alimentaire. Pour avoir à manger il faut que la nourriture nous vienne des pays étranger, voir même les laits proviennent du Rwanda. C’est vraiment inconcevable que deux ans durant l’exécution du projet rien de plus durable et visible soit remarqué sur le terrain. 21 millions déjà consommés si l’on décidait de les distribuer à 8 territoires à raison de 2 millions ça serait plus important et le résultat serait escompté,’’ a-t-il proposé David Mubalama élu de Walungu et natif de Nyangezi.

Pour Mubalama, à l’issue de la réunion du 8 février 2021, PCAGL devrait s’amender sur l’utilisation de 21 millions qui jusque là ne laisse pas de traces remarquables.

Pour le Vice gouverneur présent lors de la cérémonie le projet était une aubaine pour la province. Ce dernier croit que les zones d’ombres ont été éclairées et que le projet selon lui, évolue normalement malgré le retard enregistré. Il tient à inviter tout les monde à la patience en rassurant que tout ira bien.

‘’ Le projet PCAGL c’est un grand projet qui vient booster la province. Comme vous le savez Sud-Kivu est une province à vocation agricole et quand il y a des intervenant qui nous viennent avec de projets durables pour venir booster le développement de la province, pour nous nous ferons tout ce qui est de notre mieux à essayer de recadre et réconcilier des idées pour que ce projet serve réellement la province. C’est sur une note de satisfaction que moi je viens de recevoir cette activité porte ouverte parce que nous sommes recevable devant la population,’’ a précisé Marc Malago Kashekere vice-gouverneur du Sud-Kivu présent à cette cérémonie.

Pour d’autres indiscrétions, le vice gouverneur ne pouvait que donner une appréciation positive, car le projet est bénéfique pour eux.

Lire aussi: PICAGL : Flou sur la réhabilitation de la route Amsar-Katana, le député Jérémie Basimane adresse une question écrite au ministre de l’agriculture

’Nous sommes très sidérés de voir que les autorités peuvent venir nous vendre du vent. Rien ne marche sauf dans leurs poches où se perdent la grande partie de la somme allouée à ce projet. Leurs associations gérées par leurs propres épouses sont financées et elles reçoivent des tracteurs pour le labour. Le ministre de l’agriculture, pêche et élevage et le vice gouverneur sont tous d’un même parti politique. Même les aveugles voient que le projet a échoué et d’ailleurs ils ont dit que la grande partie d’argent se consomme à Kinshasa,’’ s’inquiète un habitant de la pleine de la Ruzizi.

Rappelons que le plus grand absent à cette cérémonie porte ouverte était le bureau de la coordination de la société civile qui exige plutôt une rencontre tripartite (gouvernement provincial, PICAGL et la société civile dans son ensemble).

Sure le même sujet:  RDC : “C’est Kinshasa qui bloque le projet PICAGL au Sud-Kivu” Ministre Bahaya

Par Patrick Babwine

 

Leave a Response