+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Politique

Sud-Kivu : Une faussaire trône à la division de l’Habitat (enquêtes)

424views

L’actuelle cheffe de division provinciale de l’Habitat est accusée d’utiliser une fausse identité mais aussi de se servir du système de Partenariat Public Privé pour spolier certains domaines de l’Etat. Votre média est tombé sur un lot important de documents.

Selon Désiré Babonage, chef de bureau à la division provinciale de l’habitat, le système de partenariat public privé, est une façon de légitimer les spoliations.

« C’est au cours du mois dernier que j’ai approché la chef de division pour lui donner une position relative à la nouvelle méthode de spoliation des biens de domaine privé de l’Etat par le système de partenariat public-privé PPP en vogue sous son initiative », précise Babonage, dans un document dont deboutrdc s’est procuré une copie.

On lui reproche aussi, d’avoir produit un document de propriété sur une parcelle sur avenue Bobozo au N°16.

« Avoir produit un document de propriété sur une parcelle de l’Etat où elle habite après y avoir construit une maison en planche sise avenue Bobozo n°16 au nom d’une autre personne », peut-on lire dans la note technique à l’intention du ministre provincial ayant dans ses attributions la justice, droits humains, urbanisme et habitat dans ses attributions.

Usage d’une fausse identité

En plus de maquiller les spoliations de maisons et parcelles de l’Etat sous la bénédiction de PPP, on reproche à la patronne de la division de l’Habitat d’utiliser un faux nom.

« Il sied de relever que la nommée Milenge Mbilizi Esperance se fait frauduleusement passer pour un fonctionnaire de l’Etat en faisant croire qu’elle a été engagé par l’arrêté collectif n° CAB Min/FP/T1/469/8 du 22 Août 1990 et qu’elle a emprunté le nom de son mari, conformément à la loi alors que cet arrêté concerne Nyamulegwa Wanudi et non son mari, qu’en 1990, elle n’était âgée que de 15ans parce que née le 25/11/1975 suivant sa carte d’électeur et qu’elle s’est mariée que le 26 Août 1995 suivant l’extrait d’acte de mariage n°164volII 195 de la commune de Bagira, », peut-on lire dans une lettre  du PG Katele Kapeleka envoyée au gouverneur de province. Cette lettre a pour objet « dossier ouvert à charge de Milenge Mbilizi Espérance.

En plus de l’arrêté collectif, le Travail de Fin de cycle atteste que l’actuelle chef de division répond au nom de Milenge Mbilizi. A la page IV remerciement de son TFC, ce nom est en gras.

« Elle a par ailleurs continué à utiliser son nom de Milenge Mbilizi Esperance en 2012 lors de la rédaction de son travail de fin de cycle de graduat à l’Institut Supérieur de Développement Rural à Bukavu », lu-t-on dans la lettre du PG au deuxième paragraphe à la neuvième et dixième ligne de ce paragraphe.

On constate que Milenge Mbilizi est reconnu comme travailleur à la SEMAPE selon l’arrêté ministériel du 26 Novembre2018 toujours selon la même lettre datée du 14 Septembre 2020.

Le dossier étant déjà en instruction à la justice, la procureur Katele Kapeleka demande au gouverneur de la province du Sud-Kivu de diligenter une enquête indépendante sur la vraie identité de la chef de division provinciale et dire le droit.

Dans le même angle, le collectif des mouvements citoyen, AMKA Congo, demande au gouverneur suspendre le responsable de l’urbanisme et habitat comme il venait de le faire pour le maire de Bukavu. Il le fait savoir dans un communiqué de presse du 12 Janvier 2021.

Spoliation des parcelles de l’Etat et violation des normes publiques

Dans une correspondance du 17 juin 2020 du collectif des citoyens indignés dénonçant la spoliation, faux et usage de faux selon laquelle la chef de division de l’habitat serait impliquée dans la vente des parcelles de l’Etat sur plusieurs étendues de la ville de Bukavu.

« …seule présente au lieu de cadastrage de l’immeuble-Etat n°04, avenue de la presse, quartier Ndendere en commune d’Ibanda, madame le chef de division a soutenu (témoins présents) que sur ordre de la hiérarchie (citant bien l’actuel gouverneur) qu’elle supervise l’opération de posage des bornes avec des agents du cadastre », nous renseigne Désiré Babonage.

Il se pourrait que la nommée Milenge Mbiloizi Esperance produit et délivre des documents et quittances par fraude qui ne respectent pas les normes de la division de l’habitat.

« Avoir perçu des frais de loyer mensuel à plusieurs locataires en signant pour validation dans leur livret de bail en délivrant des quittances qui ne sont pas conforme en lieu et place de note de perception en citant le cas de Kangela Makope Petronie en date du 14/07/2017, »

Pour comprendre ce dossier nous avons plusieurs fois été avec la cheffe de division pour avoir des réponses.

Pour elle, ce sont des jaloux qui peaufinent ces mensonges sans plus de précision.

« Tous ces agissements malveillants résulteraient de la jalousie à la suite non seulement de notre titularisation comme chef de division par son excellence monsieur le ministre d’Etat, ministre de l’urbanisme et habitat mais aussi par le fait de veiller à la protection des immeubles du domaine privé de l’Etat et…, » renseigne Milenge Mbilizi Esperance.

Certains analystes estiment qu’il est temps que les autorités compétences prennent des décisions courageuses pour sauver les quelques maisons de l’Etat qui résistent aux spoliateurs.

Pour les plus sceptiques, comment le gouverneur peut suspendre quelqu’un qui est accusé de spoliation alors que lui-même est cité ? Ils font référence au rapport des députés provinciaux et du bureau de coordination qui mentionnent le nom de l’actuel gouverneur comme un des spoliateurs des domaines privés de l’Etat sous la bénédiction du fameux Partenariat Public Privé.

Leave a Response