+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
mardi, janvier 18, 2022
Politique

Sud-Kivu : une nécessité des «élections  locales » pour faire partir les chefs coutumiers à la tête de communes

Blaise Telemuka propose les élections locles pour permettre aux communes de se développer et donner un sens de redevabilité aux bourgmestres qui seront élus
Blaise Telemuka propose les élections locles pour permettre aux communes de se développer et donner un sens de redevabilité aux bourgmestres qui seront élus

Le manque d’organisation des élections municipales et locales convertit des bourgmestres dans différentes communes en chef coutumier. Des communes n’avances plus, la bonne gouvernance foulée aux pieds, des spoliations des concessions de l’Etat, des enrichissements illicites. La routine s’instaure et les animateurs ne font que servir leurs mentors. Certains analystes pensent qu’il est impérieux, voir même obligatoire d’organiser sans condition les élections locales pour donner la chance à l’émergence des communes.

 Pour Maitre Blaise Telemuka, le fait d’exercer pendant plus longtemps à la tête de commune sans que vous soyez  remplacé cela à des conséquences fâcheuses sur la bonne gouvernance et le développement de l’entité. D’où une nécessité de remplacement des bourgmestres par la voie élective et non nominative est d’ultime importance.

Ces mandataires aux postes des communes  en RD Congo plus particulièrement en province du Sud-Kivu, sont une émanation des quotas de partis politiques et non une émanation du peuple. Pour la plupart d’observateurs rencontrés, plus particulièrement au Sud-Kivu, ces derniers sont de gardiens d’intérêts de ceux-là qui les ont placés dans leurs postes et ils ne sont pas au service du peuple.

‘’ Lorsque vous exercez dans un cadre où vous êtes un chef, un intouchable, vous n’êtes pas remplaçable et que personne ne peut vous reprocher ; automatiquement vous êtes considérez comme un chef coutumier. Le souci là de travailler  va diminuer,’’ nous fait savoir Blaise Telemuka habitant dans la commune de Kadutu.

La commune de Kadutu une entité coutumière

Plus d’une dizaine d’année Munyole Kashama à la tête de la commune les habitants pensent que c’est trop et qu’il doit être remplacé pour permettre l’épanouissement de cette entité. Plusieurs pensent que la présence de ces anciens bourgmestres à la tête de communes bloque l’engrenage et le développement piétine.

’En commune de Kadutu, nous avons un bourgmestre qui est de longues dates et cela est dû par le fait qu’il n’y a pas des élections au niveau local. Notre loi prévoie qu’il y ait des élections mais jusque-là ce sont des nominations qui se font.  Si vous occupez les postes dans une casquette d’un pouvoir politique vous ne pourrez sortir qu’à la déchéance de ce dernier. Nous ne sentons pas vraiment la présence de la gouvernance dans des communes’’ a constaté notre source.

 Le poste du bourgmestre étant politique  la loi électorale devrait être respectée en organisation des élections  au niveau local, urbain, provincial que national. Constant fait, des élections sont un moyen de pression qui rend l’élu plus redevable de sa base et cela peut le pousser à travailler pour l’intérêt général de sa base afin de mériter sa confiance.

Par habitude le fonctionnement de l’administration de l’Etat connait de retard, des concessions dès l’Etat se font spolier sans remord ni vergogne.  Aussi longtemps que le maitre est servi rien n’a s’inquiété.

Blaise Telemuka recommande aux autorités nationales de songer comment organiser des élections  le plutôt que possible pour mettre fin à ce caractère coutumier qui n’aide pas la province et en particulier les communes à avancer. Mais aussi il émet le vœu de voir la société civile jouer pleinement son rôle de contre point en exerçant une pression sur les dirigeants.

Patrick Babwine

Leave a Response

Open chat
Bonjour!
Deboutrdc.net est à votre écoute!
Vous voulez nous contacter? Cliquez juste ce bouton à coté!
× Contactez l'équipe de deboutrdc.net