+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
lundi, janvier 17, 2022
ActualitéConsolidation de la paixDDH et JournalisteJustice

KINSHASA : L’ONGDH PPI salue la condamnation à perpétuité de la policière Carine Lokesso, auteure du meurtre du militant Rossy Mukendi

Ce lundi 10 janvier 2022, la Cour Militaire de Kinshasa/Matete a rendu son verdict dans le procès sur le meurtre de Rossy Mukendi, militant des droits humains tué le 25 février 2018. La Policière Carine Lokesso, reconnue auteure  du meurtre, écope d’une condamnation à perpétuité.

La commissaire supérieure adjointe de la Police Nationale Congolaise, Major Carine Lokesso, vient d’être doublement condamnée par la Cour Militaire de Kinshasa/Matete. Elle écope d’une peine de 10 ans de servitude pénale pour violation des consignes et d’une peine à perpétuité pour meurtre de l’activiste des droits humains, Rossy Mukendi, assassiné par balle le 25 février 2018.

La violation des consignes dont Carine est condamnée s’explique par le fait que la veille de la marche au cours de laquelle Rossy Mukendi avait trouvé la mort, il était formellement interdit par le commissaire divisionnaire adjoint, le Général Sylvano Kasongo, de faire usage de minutions létales pendant la dispersion de la manifestation.

La nouvelle fait bel écho dans la communauté des défenseurs des droits de l’Homme dans sa globalité.

Maître Pascal Mupenda, Directeur de Programmes RDC de l’ONGDH Partenariat pour la Protection Intégrée, PPI, une organisation de défense de droits des DDH, souligne que cette condamnation était tant attendue et vient rassurer que tôt ou tard tous les autres auteurs seront poursuivis et soumis à la rigueur de la loi.

« PPI salue cette condamnation et demande que les auteurs d’autres meurtres et assassinats soient, eux aussi, punis conformément à la loi. Sans pour autant les citer tous, je pense à Luc Nkulula, Koko Bruno Cirhambiza, Floribert Chebeya, Pascal Kabungulu, Thérèse Kapangala, Didace Namujimbo et toute la liste »

D’ajouter, Pascal Mupenda note que la condamnation est une bonne chose pour que plus jamais les droits des DDH, militants, journalistes et artistes engagés ne soient bafoués en plein Etat démocratique et de droit. Il en appelle et insiste sur l’effectivité de la réparation des préjudices causés à l’égard des victimes.

Mupenda rappelle que les militants des droits humains en RD Congo ne devraient pas être vus comme ennemis de la police mais plutôt comme des partenaires dans la consolidation de la paix, la stabilisation et la bonne gouvernance.

Pour rappel, Rossy Mukendi, fervent militant pro démocratie, initiateur du Collectif 26  et dirigeant du mouvement citoyen Débout Congolais, de son vivant, avait été tué, à l’âge de 36 ans, par balle le 25 février 2018 à Kinshasa alors qu’il participait à une marche pacifique organisée par le Comité Laïc de Coordination (CLC) pour réclamer le départ du Président Joseph Kabila Kabange et l’organisation des élections crédibles et dans le délai constitutionnel.

Leave a Response

Open chat
Bonjour!
Deboutrdc.net est à votre écoute!
Vous voulez nous contacter? Cliquez juste ce bouton à coté!
× Contactez l'équipe de deboutrdc.net