Covid à Bukavu, 10 cas encore enregistrés

COVID-19 : 10 cas sous traitement au Sud-Kivu, les gens baissent la garde dans l’observance des gestes barrières

0
110

La situation semble maîtrisée, les frontières  avec  les provinces voisines fermées, mais jamais la fin de la pandémie n’a été déclarée en province comme sur toute l’étendu de la RD Congo. Les mouvements des sorties et d’entrées ne  cessent d’être enregistrés, les  échanges commerciaux avec les provinces voisines présentent des hauts risques.

 Depuis le 29 mars date du début de la pandémie au Congo, la province du Sud-Kivu avait enregistré 322 cas confirmés dont 44 morts et plus de 200 guéris.  Malgré la négligence qui se remarque dans le chef de la population, une dizaine de cas serait sous traitement dont la majorité reste des voyageurs. Dans un entretien que la rédaction Déboutrdc.net avait effectué avec le ministre provincial de la Santé sur le risque de contamination que la province pourra connaître, ce dernier recommande à la population le strict respect de gestes barrières, mais aussi les consultations précoces aux services spécialisés en cas de nécessité.

’La maladie est avec nous et nous devons fournir un grand effort pour vivre avec.  Une dizaine de cas est sous traitement. Pour vaincre nous pensons que nous devons accepter de vivre avec la pandémie dans le strict respect de mesures barrières. Nous regrettons de constater que dans certaines écoles, dans les Eglises, salles de fête et les marchés, il y a quoi se poser mille et une question. Les gens se promènent sans cache-nez, le lavage de mains semble ne plus être obligatoire, la distanciation sociale n’est plus respectée. Nous sommes appelé tous à travailler pour maîtriser la pandémie en province’’ a-t-il recommandé le ministre de la santé Cosmos Bishisha.

A notre source de rassurer qu’un effort serait entrain d’être fourni pour assurer une bonne prise en charge rapide  de malades et cela gratuitement.

Pour rappel, il y a de cela plusieurs mois que les autorités n’ont fait que promettre l’amélioration d’une prise en charge des malades à Covid-19 et de la gratuité dans le test. La population ne cesse de qualifier les autorités comme des amateurs des décisions.

Certains observateurs se plaignent et pensent que les autorités devraient être responsables vu la dangerosité de la pandémie, ils devraient éviter des discours politiques et être réalistes.

’La population risque de payer les pots cassés par complaisance des nos dirigeants qui jouent avec le feu. La ministre de l’Education aurait promis la distribution des cache-nez dans des écoles mais rien n’a été fait. Les parents supportent des frais supplémentaires pour la REGIDESO puisque la consommation augmente et la société surfacture les établissements qui à leur tour se rabattent sur les parents,’’ regrette un parent contacté.

Signalons que malgré des fonds déboursés pour lutter contre la pandémie, l’impact n’est jusque là pas visible.

Patrick Babwine

Comments are closed.