+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
mercredi, janvier 27, 2021
Politique

BUKAVU : Nous ne sommes pas vos cobayes (la jeunesse)

5views

La journée mondiale de la jeunesse se célèbre ce mercredi 12 août 2020 dans la méditation et détermination.  Des organisations qui encadrent la jeunesse sont appelées à la réflexion . Certaines structures militant pour la promotion de la jeunesse se battent bec et ongle pour faire respecter le droit de la jeunesse et lui faire accepter dans de sphère de prise des décisions au Congo. Dans une interview nous accordée par les coordonnateur du COJEPAD-Asbl, il déplore la manipulation de cette force par les politiques qui par la vigueur de la jeunesse font asseoir leur pouvoir. alors que certaines grandes organisations pensent que la jeunesse est un état d’esprit, Josué regrette la stratégie  de division utilisée par les politiciens congolais pour fragiliser la jeunesse. Tout ceci pour les éviter de travailler en solidarité et coordination d’action, juste pour les exclure d’avantage à la gestion de bien public.  

’Cette manipulation politique de la jeunesse n’est rien autre que l’égoïsme des acteurs politique qui veulent à tout prix s’accaparer  du pouvoir et ne souhaite pas que les jeunes puissent participer à la gestion du pays. Si vous pouvez analyser avec moi, il y a bien de jeune vivement engagés dans des partis politiques, mais lorsque il s’agit de proposer les listes de candidats, ils ne sont jamais proposés. Sur de listes de propositions de nomination en politique ou des mandataires publics, combien de jeunes y figurent ?’’ S’interroge Josué Kayeye coordonnateur du CAUCUS des organisations pour la paix et le développement durable COJEPAD Asbl et journaliste de profession.

Notre source continue à croire que la jeunesse n’est pas naïve car leurs actions font que les choses continuent à marché. Dans leur lutte cette plateforme de la jeunesse souhaite qu’il y ait une loi et stratégies globale pouvant protéger la jeunesse. Tout en plaidant à l’intégration de la jeunesse, elle dénonce le clientélisme politique qui fragilise la lutte de la jeunesse.

Patrick Babwine