+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
mercredi, janvier 27, 2021
DDH et JournalisteEducationPolitique

BUKAVU : AFEM sensibilise les jeunes sur les risques liés au manque d’information sur la santé sexuelle

5views

Dans le cadre de la sensibilisation sur la santé sexuelle et reproductive, l’Associations des Femmes de medias a organisé une rencontre ce vendredi 4 septembre 2020, en la salle Kaningu, commune d’ibanda, ville de Bukavu au Sud-Kivu. Au cours de cette rencontre,l jeunes filles et garçons de Bukavu, ont débattu autour de la question des avortements volontaires chez les jeunes.

C’est sous le thème, les jeunes brisent le tabou et parlent de leur santé sexuelle et reproductive, que AFEM a pris une initiative de sensibiliser les jeunes et les amener à prendre des dispositions responsables pour essayer d’éviter certains comportements à risque qui peuvent inciter aux interruptions volontaires de la grossesse.

Salon Patrick Tshibangu, animateur de cette conférence, les risques de l’interruption volontaire de la grossesse sont multiples d’autant plus que ces actions malsaines sont plus pratiquées par les personnes en âge de puberté où d’adolescence. Patrick précise que les contraintes de la société sont à la base de nombreux cas d’avortement.

« Les jeunes sont plus exposés aux avortements, car ils n’ont pas accès à l’information ni dans leur familles respectives ni aux niveaux de l’école et de l’église. Nombreux jeunes sont dans l’impossibilité de s’adapter pour essayer de prendre des décisions responsables et essayer de s’adapter aux situations qui peuvent leur arriver dans le futur car la société n’offre à aucun d’eux une possibilité de savoir plus sur la santé sexuelle et cela est un manque à gagner pour ces jeunes, » souligne Patrick Tshibangu

Les jeunes présents à cette cession de sensibilisation, saluent l’initiative prise par AFEM et promettent de prendre des dispositions nécessaires en fin de lutter contre les avortements qui sont devenus monnaie courante dans la province du Sud-Kivu et en RD Congo en général. Mais aussi sensibiliser à leur tour les autres jeunes qui n’ont pas pu participer à cette activité.

Lancant uneàune sonnette d’alarme à la société, les jeunes demandent l’accès à l’information car leurs parents n’arrivent pas à donner une explication approfondie en ce qui concerne la santé sexuelle.

«Merci pour AFEM d’avoir organisé cette session en vue de nous montrer comment être informé sur notre santé sexuelle est d’une importance capitale mais nous demandons à nos parents qui considèrent que les sujets basés sur la sexualité sont des sujets tabou et évitent d’en parler avec nous. Ils préfèrent nous caché des choses qui pourront nous servir de guide mais nous mettent sous un fait accompli et oublient que les jeunes cherchent toujours à découvrir ce qui leur est caché, » nous dit un participant

Avec Hortense zabona