+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Politique

Bukavu: Climat tendu ce matin dans la commune de Bagira après ramassage d’un corps sans vie

368views

Bagira s’est réveillée sous des vives tensions dans la matinée du samedi 12 décembre 2020. Après ramassage d’un corps sans vie dans le quartier B sentier Lodja. Agé de soixantaine d’année et père de 8 enfants Mirindi Byabushi Dieudonné et victime des actes barbare dans cette commune qui jadis été caractérisée par un calme. Les  élèves, enseignants et plusieurs jeunes barricadent la route Bukavu Bagira vers l’InstiBa et d’autres font la ronde de la commune pour forcer la fermeture des activités solaires à Bagira.

Mirindi Byabushi Dieudonné, un enseignant du cours de Géographie à l’Institut de Bagira et père de 8 enfants  vient d’être brutalement soustrait de ce monde.

Les jeunes accompagnés de certains enseignants en colère, paralysent toutes les activités sur l’étendue de la commune. Les  marchés et écoles fermés, la circulation arrêtée, les esprits sont surchauffés.  Selon le reporter de votre média sur place, des balles de sommations et lacrymogènes sont tirés pour disperser les manifestants en colère.

” Un policier venait d’être blessé et leur voiture d’intervention caillassée par des projectiles  élèves surchauffés. Des enseignants de l’école primaire se font tabasser par les agents de l’ordre, téléphones ravis et beaucoup de bien emportés, l’enclos de l’InstiBa vandalisé et des vitres cassés. C’est un désordre généralisé,” nous relate Mariane kulimushi présente sur le lieu.

Actes inciviques les élèves s’en prennent aux autres

Les élèves rencontré dans la route vers brasserie regrettent les actes barbares dont ils ont était victime.

’Nous étions en classe, un grand nombre d’élèves de l’école secondaire de l’InstBa sont venus chez nous et ont forcé les portails de notre école avec des bateaux et pierre à la main. L’un d’eux ma frappé à la tête et j’ai commencé à pleurer puis il m’a demandé pardon. Je ne me suis plus senti le pardonner dans mon cœur,’’ nous a raconté Andem’Ambika Mirielle élève de la  primaire la Lune.

Ces actions brutales ne restent pas sans conséquence, le bilan provisoire fait état de blessés  enregistrés dans le rang de policiers ainsi que pour la population civile. Des biens matériels emportés et des vitres des maisons cassés. Notre source pense que certains élèves seraient enlevés à destination inconnue.

Le bourgmestre de Bagira entame de séance de médiation pour juguler la situation.

Patrick Babwine/ Mariane Kulimushi