+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
DDH et JournalistePolitique

BUKAVU : La société Civile de Nkafu accuse les cadres de base d’être à l’origine de la persistance de l’insécurité

644views

Dans une lettre de dénonciation de la situation sécuritaire qui dégringole.  La société civile sous noyau de Nkafu prend à témoins le ministre de l’intérieur dans la situation de l’insécurité grandissante qui se dégrade du jour au jour dans cette partie de la commune de Kadutu.

Dans la correspondance adressée au ministre de l’intérieur mardi 14 juillet 2020, cette structure citoyenne accuse les cadres de base d’être à l’origine de la  persistance de l’insécurité à Nkafu  sous un silence coupable du ministre de l’intérieur.

Cette structure citoyenne regrette de la léthargie avec la quelle le ministère de l’intérieur agit, alors que les vies humaines périssent. Pourtant il aurait été mis au courant suite aux propositions du 02 Décembre 2019 lui demandant de rétablir du calme, de la sécurité et l’autorité de l’Etat dans ce quartier. Ces jeunes activistes regrettent le non prise en compte de toutes les instructions lui faites par eux.

‘’Le tableau de la situation sécuritaire reste sanglant et caractérisé par la présence de corps sans vie régulièrement ramassés, des assassinats ciblés, attaques et voles à mains armées dans les ménages, viol des mineurs, installation des maisons de vente de drogues ; boissons fortement alcoolisées pour ne citer que cela ; nous citons à titre illustratif l’assassinat du feu KABUMBA SABULYOKO docker sur avenue Michombero au marché Beach Bondeko au mois de mai 2020 » répertorie Julien Namegabe président de la société civile sous noyau de Nkafu.

Ce dernier continue à brosser un bilan sombre et interpellateur des graves violations de droits des hommes. Il appelle le ministre de l’intérieur Lwabaji Lwasingabo de prendre ses responsabilité en main.

’Le corps sans vie du feu Olivier Zihalirwa flottait sur les eaux de la rivière Wesha au Quartier Nkafu le 11 juillet 2020 ; du 4 au 13 juillet, huit familles et l’Eglise de 8e CEPAC ont été attaquées par les hommes à mains armées et en tenue militaire et ont emportés plus de 12 téléphones Androïdes, des postes téléviseurs et une somme de 1000$… aux avenues Cibere, Hopital général, Michombero,…’’ peut-on lire dans cette correspondance.

Signalons que la société civile ne demande rien que l’implication de l’autorité provinciale pour mètre fin au calvaire que traverse la population du quartier Nkafu. Contrairement à cela la société civile se réserverait le droit d’appeler le peuple à passer sur d’autres actions.

Patrick Babwine

 

 

Vous aimez nos contenus?

Deboutrdc.net met tout son cœur pour réaliser des contenus interactifs et immersifs que vous pouvez retrouver sur tous vos supports. Journalistes, photographes, graphistes et développeurs collaborent étroitement pendant plusieurs jours ou semaines pour vous proposer des interviews et des analyses qui répondent à une grande exigence éditoriale. Leur réalisation prend du temps et des ressources considérables. Nous sommes cependant persuadés que ces investissements en valent la peine et avons fait le choix de laisser ces contenus en libre accès et dépourvus de publicité. Un choix rendu possible par ceux qui croient en l'indepenance de notre média. Pour continuer à travailler en totale indépendance éditoriale et produire des contenus interactifs, deboutrdc.net compte sur vous. Si vous souhaitez nous soutenir, veuillez nous écrire à

directeur@deboutrdc.net ou via WhatsApp à +243 854566913

.

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp