+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
DDH et Journaliste

RDC : La situation des DDH, les indicateurs sont au rouge, PPI alerte

385views

Chaque jour s’enregistre des abus liés aux violations des droits de l’homme en RDC et plus particulièrement au Sud-Kivu. Des cas de tueries, des viols de femmes et plusieurs affrontements enregistrés ça et là, qui par conséquent occasionnent des déplacements massifs de la population vers des zones plus ou moins stables. Partenariat pour la Protection Intégrée, PPI, monte au créneau et interpelle les autorités.

Cette ONG de défense des droits humains brosse un tableau sombre de la situation observée dans certaines zones qui caracole en tête pour les cas le recors dans le cadre des violations graves de droits humains.

« Il y a des affrontements enregistrés et qui occasionnent des déplacements massifs de la population dans des zones comme Bijombo,kipupu, Mikenge, Minembwe et dans le Sud -Sud de la province. Même en remontant vers Mwenga, Shabunda et du côté de Bunyakiri- Hombo, Kalonge et dans les hauts plateaux de Kalehe, c’est chaque jours qu’il ya des affrontements qui conduisent à des morts d’hommes,’’

Béni une boucherie humaine à l’Est de la RDC

 En dehors du Sud-Kivu, nous ne devons pas oublier la Boucherie humaine qui continue au niveau de Béni et en Ituri où chaque jours les paisibles citoyens sont fauchés. Tout ça c’est une situation qui ne garantie pas le respect de droits humains,’’  confirme Me Pascal Mupenda Directeur de Programme de PPI.

Ramassage de corps sans vie à Bukavu, c’est de l’insécurité totale,

Au-delà de ce qui s’observe dans différents coins de la province, la ville de Bukavu ne fait pas exception de toutes se cas de violations de droits Humains. Des corps sans vie sont régulièrement  ramassés presque tous les jours dans la ville au point de créer une peur dans le chef des défenseurs de droits humains.

Des arrestations arbitraires et détentions illégales

Au delà des tueries notre source déplore l’autre manière plus récurent de violation des droits humains qui s’observe et s’enracine même.

‘’ A cela nous ajoutons les cas des arrestations et détentions arbitraires des journalistes et défenseurs de droits humains et journaliste qui sont enregistrés un peu partout. Même dans les secteurs miniers il ya des gens ensevelis suite aux éboulements des terres. Ces situations les mettant ensemble, elles constituent des violations de droits humains les quelles malheureusement au lieu de prendre fin, elles se multiplient d’avantage en dépit du fait que les DDH nous ne cessons de dénoncer et même proposer des pistes de solutions. Pour mettre fin à cette situation,’’ renchérit Mupenda

Pour le PPI, l’Etat devrait prendre toutes ses responsabilités en main en mettant fin à l’impunité et mettre hors d’état de nuire les auteurs les auteurs des violations graves de droits humains et des abus enregistrés. Ce dernier pense que plus ces bourreaux demeurent impunis les crimes, violation et abus pourront continuer.

‘’Plus les crimes adieux demeurent impuni plus ce violation et abus vont continuer, parce que ses acteurs ne sont pas punis conformément à la loi. La machine judiciaire devrait s’activer d’avantage pour poursuivre les auteurs de ces différents crimes. Nous avons des barrières illégales érigées partout et qui contribuent à l’accentuation de l’insécurité. Il serait intéressant que certains éléments militaires se trouvant dans des sites sur-militarisés soient démentielles. Le cas d’un site comme Mbobero. L’Etat devrait apprendre à faire respecter les instruments juridique qui les régissent, par exemple sur la question qui traite l’gratuite’’

Patrick Babwine