+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
PolitiqueSanté

RDC: Paniquer ou affronter et vivre avec Covid-19, une possibilité qui nécessite le respect des mesures barrières

262views

Depuis l’annonce de la pandémie à Covid-19 dans la province du Sud-Kivu, plusieurs quartiers résistent aux mesures de prévention (mesures barrière) édictées par les autorités pour faire face à la pandémie. La fermeture de toutes les écoles, des églises, des établissements publics tels que les restaurants et les discothèques, etc. N’empêche certainement pas un degré très élevé de contamination. Tel est le cas de plusieurs marchés de la ville de Bukavu où l’on trouve une pléthore sans tenir compte de mesures barrières entre autre la distanciation  d’un mètre entre les individus ne pas respectée.

En outre, des successions des mesures qui portent à séparer la ville de Bukavu des ses milieux environnants pourtant la ville n’a pas d’avenir en elle-même séparé des ses villages semblent ne pas rencontrer l’assentiment de la population. La dégradation du tissu économique prend une vitesse de croisière et inquiétante dans la province. Plusieurs activités sont paralysées, l’on croirait la vie s’est arrêtée et pourtant l’on devrait songer sur des mécanismes pouvant permettre de vivre avec coronavirus.

Bien que l’autorité gouvernementale donne l’impression de participer dans la lutte contre cette pathologie, l’allure semble être essentiellement aiguë et dévastatrice.  Théo  KASI gouverneur du Sud-Kivu,  laisserait l’entièreté de la population de sa province en pleine inquiétude suite à l’ambigüité dans la communication sur l’Etat de lieu de la maladie en province. Dans cette même perspective, si la question au cœur de notre analyse de cette pandémie se tournait vers la présence  d’une face encore cachée visant l’élimination insidieuse de la population par l’angoisse et la panique, il revient à l’autorité publique, après avoir décidé de la mise en quarantaine de patients suspects ou confirmés du Covid19, de tempérer ou d’écarter la crainte de l’urgence sanitaire qui prévaut.

Signalons que pour la province du Sud-Kivu, la faiblesse technique du système de santé et de l’administration publique est à la base de la propagation rapide de l’infection à Covid-19 et de la multiplicité de cas de victimes qui créeraient tant de doutes que de certitudes. Le cumul des mesures préventives ne cessent d’être répandues, avec malheureusement un non-respect dans leur mise en application par la population.

Zabona Wanny Hortense