+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Politique

RDC : Rupture de FCC-CACH, entre peur et espoir

481views

Lors de son adresse à la nation lundi 14 décembre 2020, le chef de l’Etat Congolais a annoncé la fin de la coalition FCC-CASH.  Félix Antoine  Tshisekedi Tshilombo a regretté de voir qu’ils n’émettaient pas sur la même longueur d’onde que son prédécesseur Kabila Kabange car ils  n’ont pas atteint l’objectif assigné au début de leur coalition.

« J’ai formulé le vœu qu’ensemble, dans le cadre de notre Coalition, mon prédécesseur et moi-même allions relever les défis qui s’imposaient à nous tous en tant que citoyens de ce beau pays », a-t-il indiqué dans son discours sur l’Etat de la nation 2020.

Deboutrdc.net a interrogé des habitants de la ville de Bukavu au Sud-Kivu sur ce qu’ils pensent de la fin de la coalition fcc-cach,

D’un côté, certains habitants ont éprouvé des difficultés de donner leurs avis. Les uns ont présenté des inquiétudes par rapport à l’union sacrée annoncée par le président de la république et qui semble avoir des adhésions massives, d’autres disent garder leur mal en patience pour voir ce que cela va donner, car selon eux, on ne prédit pas le changement, surtout qui doit provenir de la politique.

« Pour l’instant, difficile de prédire un quelconque changement en RDC, » s’exprime Donatien Bisimwa.

 « La politique est dynamique et l’union sacrée annoncée par le chef de l’Etat attire les politiciens de tous bords, y compris ceux qui ont un passé malpropre, » déclare Elie Bahati.

 « Nous croisons les bras et attendons calmement ce qu’elle donnera en termes de changement, » indique Bénédicte Nabami.

 Et de l’autre côté, des habitants se réjouissent du divorce entre le fcc et le cach. Pour eux, cette rupture est une bonne nouvelle pour le peuple congolais qui a croupi dans la misère pendant tout le règne du FCC. Par contre, ils se réservent de tout applaudissement, car selon eux, ils attendent des actions dignes du “peuple d’abord”.

Jonathan Magoma, un Habitant rencontré,  dit s’inspirer de George Orwell dans son roman ” Animal Farm” qui se serait adressé aux dirigeants congolais actuels et surtout à l’Union Sacrée. Jonathan s’inquiète que la situation ne s’empire davantage  lors du partage du pouvoir comme dans ce Roman, les révolutionnaires se sont entre-mangés quand il s’est agi de partager le pouvoir et les postes.

« Mabunda est déjà dehors et le fermier Kabila est debout sur un seul orteil devant la porte de sortie. Pour moi, j’ai peur que très prochainement l’on ne regrette les efforts consentis pour arriver au stade actuel, » s’inquiète-t-il.

Et d’ajouter,

 « J’exhorte le Président de la République de ne pas se laisser influencer par les égoïstes et assoiffés du pouvoir qui le rejoindraient dans l’Union Sacrée pour rien que les postes. Il va devoir peser encore plus de son poids pour traduire sa vision du “peuple d’abord” en actions concrètes pour ce peuple, » exhorte Jonathan Magoma.

Bernardin Murhabazi Matabaro

doLire aussi: RDC : Le discours de Félix en 8 points

Sud-Kivu : L’aperçu du discours du chef de l’Etat, un présage d’espoir pour la population