+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Politique

Sud-Kivu :  Ces décisions du gouverneur qui fâchent la société civile

390views

Depuis l’annonce du corona virus dans la ville de Bukavu au mois de Mars dernier, les autorités s’illustrent par des décisions souvent impopulaires. De l’isolement de la ville de Bukavu en passant par le port des masques obligatoires, des voix de se lèvent pour demander au gouverneur du Sud-Kivu de prendre des décisions faisables et bien réfléchies. La société civile lui rappelle que « diriger c’est prévoir ».

Cette structure le fait savoir dans une lettre adressée au gouverneur datée du 09 Avril 2020.

Pour la société civile communale de Kadutu   ces décisions sont embarrassantes étant donné que le gouverneur n’a rendu disponible aucun dispositif.

« La société civile reste embarrassée de l’effectivité de ces dernières (décisions) alors que votre gouvernement n’a disponibilisé à ce jour aucun dispositif de protection ni de prévention sur toute l’étendue la province moins encore la Ville de Bukavu présentement isolée des territoires avec une forte sensibilité de contamination. Vous vous limitez qu’aux simples déclarations médiatiques oubliant que gouverner c’est prévoir », regrette Hypocrate Marume président de cette structure citoyenne.

La société civile estime que l’interdiction de circulation des personnes de 60ans au-delà à partir du 13 avril 2020 viole l’article 16 de la constitution, alors que les trois cas Covid enregistrés en province ont moins de 60ans et pense qu’il est inacceptable que des paisibles citoyens soient menacés du fait qu’ils n’ont pas des masques pendant que le gouvernement sensé le faire garde silence.

 

  « Nous pensons que la prévention contre Covid19 est mieux que son traitement compte tenu du faible ou manque des équipements en province dans les centres de traitement communiqués », conclue Marume.

Pour rappel, lors de sa précédente sortie médiatique, le gouverneur du Sud-Kivu a annoncé qu’à partir du Lundi 13 Avril, le port des masques sera obligatoire et les personnes d’au moins 60 seront obligées de rester chez elles.

Ces personnes ont demandé que le gouverneur leur donne à manger pour qu’elles respectent cette mesure à défaut de quoi, « nous serons tous chez le gouverneur », préviennent-elles.

Plusieurs acteurs sociaux pensent que les décisions prises par le numéro de la province   frisent un tâtonnement et propose « une réflexion approfondie avant toute annonce », conseillent-ils.