+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Politique

SUD-KIVU : Les ressortissants des haut-plateaux d’Uvira, Fizi, et de Mwenga disent non aux massacres perpétrés par les groupes armés

448views

Le conflit ethnique dans la province du Sud-Kivu coûte la vie à plusieurs personnes  dans le haut-plateaux.

Les représentants de différentes communautés entre autre Babembe, Bafuliru, Vira et Banyindu animés par un esprit de contestation et d’astérie que ces derniers ont organisés une marche de colère pour dénoncer les tueries et massacre perpétré sur les populations  par les groupes armés   Guminoet Tirwaneho œuvrant dans les haut-plateaux de Fixi, Uvira, et dans le secteur d’Itombwe à Mwenga.  

Les manifestants accusent une ethnie  Congolaise d’expression rwandaise vivant dans la collectivité de Bufuliru qui se serait approprié le même nom de la collectivité, Bannyamulenge.

Dans leur mémorandum adressé le vendredi 31 juillet 2020 au président de la république,  ce derniers déplorent de multiples massacres et acté de terrorisme perpétrés sur leur sol par les groupes armés incontrôlés qui sèment terreurs et désolation sur leur terre.

Les ressortissant des ces milieux constitués comme champs du théâtre pour ces groupes armés d’expression Rwandaise prennent à témoins les autorités militaires, policières, politiques ainsi que la MONUSCO sur les genres d’atrocitéS dont ils sont victime de la part du peuple qu’ils auraient accueilli sur leur terre.

‘’ Il sied ici de rappeler que pour concrétiser la vision de Siraza et réaliser les conquêtes des terres, l’union un nom ici de l’expression Rwandaise Guminohano, signifiant demeurons ici. Ce groupe a la mission principale de chasser les autochtones en semant la terreur et en occupant les terres abandonnées, en tuant les chefs coutumiers pour effacer les mémoires historiques,’’  précise  Joël Namunene Muganguzi porte parole des manifestant ?

A notre source de retracer l’historique macabre des atrocités et massacres que leur ont fait subir  ces groupes armés particulièrement les SIRAZA qui se seraient approvisionnés en arme depuis les années 1994 lors de la vague armée de 2004. En rappelant les faits sanglants de Makobola, Kasika, Mutarule, Mukungwa,…

‘’l’AFDL arrive avec un grand nombre de jeunes armés appelés Siraza, qui vont abandonner leur principale mission le changement du pouvoir dictatorial de Mobutu en expiration des tribus, BaBembe, Bafuliru,Bavira et Banyindu et les autres. Ils nous ont ravi plusieurs cheptels, et plusieurs  personnes étaient quotidiennement tuées, certaines publiquement et d’autres en cachette. Toutes ces massacres sont produites dans les livres blancs produits à l’issue des enquêtes par l’ONU,’’ précision trouvée dans leur mémo lu et déposé à l’assemblée provinciale et au gouverneur de la province.

Ces derniers regrettent de voir que les auteurs de ces massacres à l’Est du Congo n’ont jamais été inquiétés ni poursuivi par les instances internationales et nationales. Mais plutôt ils sont promis aux postes de grande responsabilité au pays.

Sur les calicots et banderoles l’on pouvait lire plusieurs message comme : non à l’occupation de Bijombo, je pleure Kipupu non aux massacres, arrêtes aux violences faites aux femmes, A l »Etat congolais de punir les auteurs de 220 personnes à Kipupu.

Les autorités provinciales rassurent qu’elles feront tout leur possible pour faire régner la paix et la tranquillité dans cette partie de la province. Tout en rassurant, elles promettent faire arriver à qui de droit les revendications fournies dans la correspondance.

Patrick Babwine