+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
dimanche, février 28, 2021
DDH et Journaliste

SUD-KIVU : Caritas Bukavu et PPI alertent sur les tortures graves dans des prisons, cachots et amigo

95views

Les conditions des détentions dans différentes prisons et cachots des territoires de Kalehe, Kabare, Walungu et dans la ville de Bukavu sont déplorables. On retrouve des cachots sans latrines, des OPJ non assermentés, un nombre insuffisant des agents de l’ordre, des animaux détenus avec les hommes et d’autres difficultés.

Ce constat est de l’organisation CARITAS Bukavu et PPI, lors d’un atelier de restitution des recherches menées dans des cachots et prisons de Kalehe, Kabare, Walungu et dans la ville de Bukavu.

Pour Veinard Luhirika, le constat sur terrain est atroce et demande une solution urgente, car les OPJ mal formés est un danger pour la communauté.

Nous avons remarqué qu’il y a des policiers qui s’arrogent le droit des OPJ et posent des actes qui ne sont pas juridiques. En plus on a observé qu’il y a un nombre insuffisant d’OPJ dans des milieux ruraux. On a associé des autorités notamment judiciaires pour qu’on réfléchisse ensemble sur les mécanismes à mettre en place pour qu’on endigue ces irrégularités,’’ renseigne Luhirika, chef des projets chez CARITAS Bukavu.

Présent à ces échanges, le procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Kavumu, dit reconnaitre les irrégularités qui se passent dans des prisons, cachots et amigo se trouvant dans son essor qui couvre le territoire des Kabare, Kalehe et Idjwi.

 ‘’ Les détenus sont nos frères, nos pères et mères nous n’avons pas besoin de les voir souffrir. Nous avons été très heureux de participer à cet atelier qui avait pour objectif d’étudier les conditions carcérales des détenus et développer des voies et moyens pour voir comment améliorer leurs conditions carcérales. Les recommandations données nous vont tout droit au cœur, car c’est nous qui gérons les OPJ et s’ils commettent des actes considérés comme des infractions c’est à nous de les sanctionner. Nous promettons faire de notre mieux, ’’ a promis François Lokeke Yambayamba PG du TP Kavumu.

Pour ce qui est des cachots et amigo c’est la commission nationale des droits de l’homme du Sud Kivu, CNDH en collaboration avec certains magistrats et la Division Provinciale de la Justice qui a fait les recherches.

Lire aussi: RDC : Des prisons et cachots mouroirs au Sud-Kivu (enquêtes)

L’ONG Partenariat pour la protection intégrée, PPI, elle s’est focalisée sur la prison centrale de Bukavu et celle de Kabare.

La restitution de ces recherches s’est faite le Samedi 23 Janvier 2021 à l’Hôtel Horizon, devant plus de 40 invités venus de kalehe, Kabare, Walungu et de la ville de Bukavu.

Patrick Babwine

 

 

Leave a Response

× Contactez l'équipe de deboutrdc.net