+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
mardi, août 3, 2021
DDH et Journaliste

Bukavu : Pour avoir réclamé son argent, Me Pascal Mupenda traduit en justice par la SMICO-SA

Maitre Pascal Mupenda, directeur des programmes Pays de Partenariat pour la Protection Intégrée, PPI, une ONG de défense et de protection des droits des DDH et des journalistes a été entendu par l’officier de police judiciaire (OPJ) de 13h à 14h56 minutes. Cette comparution s’est tenue au Parquet Général de Bukavu ce mardi 20 juillet 2021. Il lui est reproché d’avoir alerté sur des probables cas de vol de son argent par la société de micro-finance SMICO-SA.  La prochaine séance de confrontation est prévue le mardi 27 juillet 2021.

Selon Me Pascal Mupenda, c’est la société de microfinance SMICO qui l’a traduit en justice pour imputation dommageable.

Pour lui, cette société a fait des manoeuvres dilatoires pour barrer la route au procès qu’il a ouvert à sa charge au Tribunal de commerce de Bukavu.

« Je viens d’être entendu. Je constate que c’est la société SMICO qui m’a traduit en justice car j’ai réclamé mon argent volé par cette maison. Je reste serein et je ne vais pas abandonner car SMICO veut m’intimider et d’autres compatriotes victimes de ce vol organisé », fait savoir Me Pascal Mupenda.

Suivre l’interview de Pascal en cliquant sur ce lien:

Il demande à d’autres victimes de se joindre à lui le mercredi 28 juillet au tribunal de commerce pour qu’ensemble ils exigent réparation de la part de SMICO.

Dans un message d’alerte du 23 juin, en faveur d’autres victimes et agissant dans le cadre de son travail, Me Pascal Mupenda avait alerté les autorités et les habitants de Bukavu des retraits sur son compte à son insu.  Une pratique qui rappelle les faillites des certaines Institutions de microfinance.

Réagissant à ce message de Pascal, la société SMICO avait dans un communiqué fait savoir que Pascal a menti.

« Concernant les allégations récentes du client Mupenda Pascal, SMICO-SA dispose de toutes les évidences démontrant que les procédures internes et bonnes pratiques ont été scrupuleusement respectées et qu’aucune fraude ou escroquerie n’a eu lieu », peut-on lire dans ce communiqué signé par la direction générale de SMICO.

Cette position de la SMICO a soulevé des questions dans le chef des avocats de Pascal.

« Si la SMICO ne se reproche de rien, pourquoi veut-elle intimider notre client ? Pourquoi veut-elle instrumentaliser la justice ? Nous allons continuer car l’expérience de IMARA, MECREBU, COOPEC NYAWERA, BIAC, TONTINE et d’autres banques et IMF doit nous apprendre à être prudent et briser le silence », précise l’un d’eux.

Pour la séance d’aujourd’hui, plusieurs organisations de la société civile, des mouvements citoyens et d’autres curieux étaient présents au palais de justice pour soutenir Me Pascal Mupenda.

Leave a Response

× Contactez l'équipe de deboutrdc.net