+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
vendredi, avril 23, 2021
Grève à l'hôte de ville de Bukavu
Grève à l'hôte de ville de Bukavu
Politique

Mairie de Bukavu: De l’argent de l’Etat distribué à certains inspecteurs territoriaux et acteurs de la société civile pour faire pression aux grévistes. 

16069views

Les agents de la mairie sont en grève depuis le 1er avril 2021. Ils réclament plus de 18 mois d’arriérés de leur prime laissée par Bilubi Ulengabo, maire suspendu et deux mois déjà encaissés par Darius Sumuni Mukunda, maire ad intérim de Bukavu. Dans un communiqué rendu public, ces agents grévistes dénoncent les intimidations et menaces dont ils sont victimes de la part du maire ad intérim.  Pour le maire  Darius, le retard dans le paiement est une question d’administration et le dossier  serait en train d’être traité.

Les agents sous statut en provenance de différentes divisions, de personnel d’appoint de la mairie tous confondus, accusent Darius Sumuni de n’avoir pas reconnu la dette que la mairie leur doit. Ils rappellent au maire Darius qu’en acceptant d’être confirmé comme maire ad intérim, il devrait comprendre qu’il hérite les actifs et les passifs, dont les dettes de ses prédécesseurs. Ainsi, ces agents grévistes recommandent l’implication des inspecteurs financiers plus indépendants pour tracer l’argent de l’Etat détourné à la maire de Bukavu.

« Darius Sumuni depuis sa confirmation comme maire a.i avait mis en place une équipe de 4 personnes pour faciliter le coulage des recettes pendant sa période d’intérim. Il s’agit de l’OD, Coordonnateur de la cellule de mobilisation des recettes (CMER), l’ancien syndicat et le chef du premier bureau à la mairie. C’est avec ces gens que l’argent de l’Etat se consomme calmement et nous payons les pots cassé ».

Depuis la nomination du maire Bilubi Ulengabu suspendu, jusqu’à Darius Sumuni, un maire intérimaire, une cacophonie s’observe à la mairie. Le paiement des salaires et des primes des agents constitue le cadet des soucis pour toutes ces autorités qu’a connu l’hôtel de ville.

‘’Le maire recourt à la politique d’intimidation en promettant d’ouvrir des actions disciplinaires à tous ces agents si jamais ils ne reprenaient pas du travail selon l’ultimatum fixé. Nous avons respecté la procédure avant d’aller en grève, car nous lui avons notifié par écrit. Sumuni ne veut pas collaborer avec nous, il nous sabote et maintenant que nous prenons la décision, il utilise les inspecteurs territoriaux qu’il a corrompus pour faire pression sur nous’’, dit des grévistes.

Ces agents condamnent la démarche entreprise par l’autorité qui n’est pas du genre à faire régner la paix mais plutôt à les diviser. « Que d’agir ainsi, nous demandons plutôt à ces inspecteurs d’aider le maire a.i avec des pistes de solutions pour qu’il réponde à nos revendications, si non, ni lui et moins encore eux, personne ne va arrêter notre lutte », indique-t-il.

En plus, ces agents accusent la société civile de se laisser berner par le maire. ‘’Au lieu de chercher une solution confortable, le maire fait recours non seulement à la pression à travers certains inspecteurs territoriaux, mais également distribue de l’argent à certains acteurs de la société civile avec lesquels il se promène toute la journée et tient des multiples réunions nuitamment », regrettent-ils. Et une dame ayant gardé l’anonymat d’ajouter, « il nous dit que la rétrocession n’arrive plus, mais il faut comprendre que la mairie est une entité décentralisée capable de prendre en charge ses agents moyennant ses recettes dites formelles ou intérieures ».

A en croire ces manifestants en grève, la prévision budgétaire de 2021 de la mairie à sa page 84 prévoit une somme de 494.680.708 FC (quatre cents nonante quatre millions six cent quatre-vingt mille sept cent huit francs congolais) pour faire face aux arriérés des agents, du 1er août 2019 jusqu’au 30 octobre 2020.

Contacté à mainte reprise par la rédaction de deboutrdc.net, le maire s’est montré un peu banalisant la situation et s’est réservé de détails en parlant d’un dossier administratif. « La question que vous évoquez est une question administrative monsieur le journaliste ! L’administration de la mairie y  travaille et nous allons trouver des solutions bientôt », propos du maire ad intérim Darius Sumuni au téléphone de votre rédaction. Et d’ajouter, « Je ne peux pas exposer les stratégies de mon administration aux médias », a-t-il conclu.

Signalons que les agents de la mairie décident de continuer avec leur mouvement de grève malgré la présence des inspecteurs territoriaux dans leurs murs et certains acteurs de la société civile déjà pointés du doigt comme étant à la solde du maire pour les étouffer.

Patrick Babwine

Leave a Response

× Contactez l'équipe de deboutrdc.net