+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Politique

RDC : Voici ce qui attend le nouveau ministre de la défense

807views

Gilbert Kabanda Kurhenga, médecin militaire en retraite, ex-Commandant du Service de Santé médicale de l’armée (FARDC) de 2014 à 2018, promu Général Major en 2018, est le nouveau ministre de la Défense Nationale et des Anciens Combattants du Gouvernement Sama Lukonde.

Gilbert Kabanda est également professeur d’université, spécialisé en médecine aéronautique à l’Université catholique de Bukavu. On le décrit comme étant un homme très rigoureux, travailleur et discipliné. C’est un Mushi, originaire du Sud-Kivu.

Une bibliothèque vivante de l’armée congolaise

C’est un médecin militaire congolais formé notamment en Italie. Il avait à son actif une quarantaine d’années de service dans les forces armées avant d’être admis à la retraite. Cette longue expérience au sein des forces armées congolaises devrait inévitablement lui permettre par d’avoir une meilleure connaissance des FARDC que tous ses prédécesseurs à ce poste depuis mai 1997. Ce n’est donc pas un profane qui est catapulté à ce poste. Gilbert Kabanda est par son parcours et son statut un témoin de premier plan qui a connu et subi toutes les mutations et les vicissitudes de l’armée congolaise depuis les Forces armées Zaïroises.

Je regrette cependant le fait que, à cause des arrangements politiciens parcimonieux, ce ministère stratégique n’ait pas été élevé au rang de Vice-premier ministère ou de ministère d’Etat vu que la sécurité reste la grande priorité de ce Gouvernement, outre le social.

Par ailleurs, j’aurais également souhaité que ce ministère soit baptisé ministère de la Guerre ou des Armées afin d’imprimer une nouvelle impulsion politique psychologique à la situation sécuritaire chaotique qui règne à l’Est de la RDC.

Des défis colossaux à relever dans une conjoncture financière difficile

La tâche du nouveau ministre congolais de la Défense ne sera pas facile car les réformes à entreprendre sont énormes alors que le pays est confronté à une situation sécuritaire exponentielle à l’est, depuis l’Ituri au Nord, husqu’au Nord Katanga. Le budget militaire est insignifiant, soit environ 295 500 000 dollars pour 2021, en très nette baisse par rapport aux années précédentes. L’armée de la RDC ne dispose pas de loi de programmation militaire censée fixer des prévisions budgétaires pluriannuelles pour sa modernisation et sa montée en puissance. Les soldes des militaires et leurs primes sont modiques, souvent détournées par la hiérarchie.

Les processus DDRC (Désarmement – Démobilisation – Réinsertion Communautaire) est au point mort ou se limite à réintégrer dans l’armée des rebelles qui n’ont rien à voir avec le métier des armes. Le niveau de formation militaire est au rabais depuis la fin des projets de L’EUSEC-RDC dans le cadre de la réforme de l’armée, financés par l’UE. La logistique militaire est obsolète et souvent inadapté.

A cela, il faut compter avec une armée hétéroclite aux loyautés absconses et changeantes, sans ordre de bataille clair. Une armée à structure pyramidale inversée, avec un commandement désorganisé, dysfonctionnel (superposition des structures de commandement) et peu compétent qui nécessite un profond relifting.

L’urgence réactiver la réforme de l’armée

C’est au niveau des actions à entreprendre en rapport avec les opérations sur le terrain et le management de l’armée que l’on va juger l’efficacité du ministre Kabanda. Mais avec une forte détermination politique et une mobilisation des ressources, il y a moyen de mettre en œuvre un ambitieux Plan Stratégique de réforme des FARDC, pragmatique, qui pourrait progressivement juguler l’insécurité. Un plan qui vise notamment la transformation des FARDC en une armée professionnelle, opérationnelle et républicaine, en phase avec les ambitions de géopolitiques de la RDC et les exigences de la démocratie. C’est sur ce terrain que la vison du Président Tshisekedi sera particulièrement évaluée à la fin de son premier mandat en 2023.

Un article de Jean-Jacques Wondo Omanyundu

Chercheur, Analyste et Expert des questions  sécuritaires et de défense de la RDC et de l’Afrique médiane. Diplômé de l’Ecole Royale Militaire (Belgique) et Breveté des Hautes études de sécurité et de défense de l’Institut Royal Supérieur de Défense (Belgique)

Leave a Response