+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Consolidation de la paixDDH et JournalisteJusticeLeadership

SUD-KIVU: AFEM plaide pour l’accès à la justice aux survivantes des violences sexuelles et celles basées sur le genre

274views

L’accès à la justice pour les survivantes des violences sexuelles et celles basées sur la genre demeure un problème majeur en République Démocratique du Congo en général et au Sud-Kivu en particulier. C’est au cours de la campagne de 16 jours d’activisme que l’Association des Femmes des Médias l’a fait savoir lors de son café de presse dans la salle de conférence de l’Intitut National de Préparation Professionnelle. Une activité qui a intégrée certaines organisations des droits humains dans le but de tabler sur la question de l’accès à la justice des victimes de violences sexuelles et celles basées sur le genre.

Depuis des décennies, il s’observe à part les violences sexuelles occasionnées par des geurres en répétition en RD Congo, des violences basées sur le genre renforcées par les coutumes rétrogrades, les préjugés, stéréotypes et enjeux politiques à l’égard des femmes et de la jeune fille.

Pour la coordinatrice d’AFEM, Julienne Baseke estime que nous devons brisé le silence et travailler ensemble pour réprimer l’impunité qui bat record malgré les difficultés existentielles insurmontables. Une situation qui contribue à l’anéantissement physique, psychologique, social, économique et juridique.

“Des cas continuent à être enregistrés dans nos communautés respectives et malheureusement reste impunis. AFEM a documenté dans son feuillet d’information brisons le silence, travaillons ensemble pour la protection et la sécurité des femmes : 15 cas des viols en territoire de Walungu à Nyangezi, en territoire d’Uvira à Sange et Luvungi, 122 cas des violences domestiques dont 61 femmes battues, 17 chassées du toit conjugal et 12 abandonnées par leurs maris ainsi que des femmes privées des ressources économiques et d’autres privées de leurs droits civils”, indique Julienne Baseke, coordinatrice d’AFEM

Par ailleurs, Jacqueline Ngengele, Chef de Division du genre a invité tous les Partenaires à faire large diffusion de la campagne ‘tolerence zéro’ contre l’impunité des violences basées sur le genre du chef de l’État, Félix Tshisekedi Tshilombo.

“Cette activité cadre avec la campagne de 16 jours d’activismes édition 2021 sous le thème international ‘ Oranger le monde, mettre fin dès maintenant aux violences à l’égard des femmes ; et au niveau national ‘ je me lève, je m’engage aujourd’hui contre les violences faites aux femmes, jeunes et petites filles. Cette activité vient renforcer les activités menées par différents partenaires contre les violences basées sur le genre en province du Sud-Kivu. Je rend hommage à toute personne qui prend un ferme engagement en ménageant des efforts dans le but de s’engager au côté des acteurs pour qu’ensemble, ils puissent éradiquer et éliminer pour du bon les différentes violences basées sur le genre et que les droits des femmes soient vécu comme une réalité au sein de nos communautés respectives en province du Sud-Kivu”, a-t-elle dit

Association des femmes des Médias inscrit cette activité dans l’avant projet de loi sur l’accès à la justice des victimes des violences sexuelles et basées sur le genre avec comme objectif global contribuer à la réduction des violences sexuelles et celles basées sur le genre (VSBG) au sein des communautés et l’accès à la justice pour les survivantes.

Signalons que ce café de presse a pris la résolution de partager l’information en la période de 16 jours d’activisme contre les violences à l’égard des femmes et filles. En cette même occasion AFEM a invité les médias à l’appropriation du travail fait par l’alliance stratégique de plaidoyer du contenu de l’avant projet-loi spécifique VSBG afin d’accompagner le processus de vote.

Carine Bintu

Leave a Response

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp