+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
vendredi, avril 23, 2021
prof. Me Arnold Nyaluma
prof. Me Arnold Nyaluma
Politique

Sud-Kivu: Fonds de l’Etat détournés, la caisse vidée : un régime d’impunité des gouverneurs.

16036views

Depuis le règne du gouverneur Louis Léonce Cirimwami Muderwa du 21 mars 2008 au 15 avril 2010, une observation  particulière tournant dans le sens de la gestion calamiteuse de la caisse et des fonds alloués au bon fonctionnement de la province inquiète plus d’un habitant au Sud-Kivu. Une série des détournements des fonds par les gouverneurs est décrié depuis des années déjà.

Aussi, sous le régime kabila, la succession des gouverneurs continue à être l’objet d’analyses même avec le régime actuel.

Théo Ngwabidje, gouverneur de la province du Sud-Kivu serait taxé d’un détournement de 3500000 dollars et d’autres fonds non justifiés.

Plusieurs analystes s’interrogent sur le silence de la justice face à ce phénomène de détournement et penseraient que la justice serait complice de ces différentes manœuvres. Cette irrégularité est constatée par le fait qu’aucune enquête n’est entreprise par cette dernière pour mettre fin à cette situation qui freine le développement de la province.

Pour Arnold Nyaluma, le manque d’impunité à l’égard des personnes précitées dans le détournement est la base de la persistance de ce système. Il s’étonne de constater qu’aucun suivi n’est envisagé lors de la sortie de ces personnalités pour s’assurer de ce qu’elles laissent dans la caisse de l’Etat. Il appelle à l’applicabilité de l’Etat de droit,

« Durant le règne de Kabila nous avons vécu dans un régime d’impunités, chacun prend dans la caisse de l’Etat ce qu’il peut. S’il y a des personnes qui sont en possession de certaines preuves, il est grand temps de les brandir pour tester l’Etat de droit. Nous avons à un moment fait face à un dynamisme, mais qui a disparu, une façon de dire qu’il y a certaines têtes visées parlant de détournement ; »

Toujours pour la question, non seulement l’argent mais aucun suivi en ce qui concerne les biens de l’Etat,

« Au-delà de la monnaie, vous constaterez avec moi que chaque gouverneur procède à l’équipement total de la nouvelle résidence. A son départ, il part avec tous les tableaux, meubles et rideaux, en revanche ce n’est pas un comportement citoyen ; »

Une deuxième accusation portée aux facteurs favorisant le détournement est la forme d’avoir quelqu’un qui détient un poste politique par commissionnement. Certains gouverneurs le sont parce qu’ils ont reçu une proposition de tel ou tel homme politique. Pour Nyaluma, « tous les gouverneurs qu’on a eu jusque-là personne n’a rêvé être gouverneur, »

« Le seul besoin de la population est d’avoir quelqu’un qui n’est pas commissionné. Pas quelqu’un qui est gouverneur parce que tel notable l’a dit. Nous avons un groupe de gens qui dirigent la province et qui positionnent leurs agents. Nous n’avons pas besoin des agents au gouvernorat mais des hommes politiques. Pas politique au sens des politiciens menteurs mais quelqu’un avec un projet bien défini. C’est quand deux personnes se disputent que l’on se dit on met tel à ce poste. Cette autorité sera juste là pour servir son mentor et sa famille ; »

Il en appelle à l’audit des rapports qui sont en train de faire partir le gouverneur. Dans chaque motion, il y a une somme précitée qui constitue un indicateur vérifiable pour essayer de demander à la justice de faire son travail.  Depuis un temps l’inspection générale des finances s’est montrée très dynamique et cela peut être une occasion pour les sénateurs et députés provinciaux de prendre tous ces rapports de les canaliser à la fois vers l’IGF ou au parquet pour qu’effectivement ceux qui ont détourné l’argent de la province puisse le rembourser.

Hortense Zabona   

Leave a Response

× Contactez l'équipe de deboutrdc.net