+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
vendredi, avril 23, 2021
DDH et Journaliste

SUD-KIVU : la lutte des pétitionnaires, un combat de la bonne gouvernance et non un combat d’individu (Heri Kalemaza)

16194views

Les jeunes résistants pétitionnaires, certains membres des mouvements citoyens, des partisans de partis politiques engagés dans la lutte,  montent au créneau en dénonçant la mauvaise gestion en province.  Ces derniers décrient le manque de transparence dans la gouvernance de l’exécutif provincial du Sud-Kivu. Par conséquent ils réclament le départ du gouverneur Théo Kasi Ngwabidje, mais ils soutiennent le bureau de l’assemblée provinciale. 

Suite à cette démarche qui semble déranger l’autorité et ses proches, certains pétitionnaires dénoncent la filature, les attaques physiques, voir même des menaces de mort dont ils sont victimes. Plusieurs messages et appels anonymes allant dans le sens d’intimidations et menaces seraient réceptionnés par ces pétitionnaires.

’Ils nous disent que nous devons commencer à dire au-revoir à nos familles parce que selon eux, avant le départ du gouverneur, nous  serons déjà disparus. Il vous souviendra que lorsque nous sommes partis déposer notre pétition à l’assemblée et au gouvernorat nous avons été vandalisés à l’esplanade de l’assemblée provinciale par les agents du service d’investigation du gouverneur en complicité avec certains policiers’’ fait savoir Me Héri Kalemaza, l’un des jeunes pétitionnaires.

A notre source d’ajouter : ‘’les menaces continuent depuis qu’on a fait une pétition contre certains membre du bureau de l’assemblée provinciale. Nous jeunes pétitionnaires nous  avons mobilisé hier la population pour dire non à cette plénière d’installation du bureau d’âge. C’est juste un dilatoire que Ngwabidje crée pour semer la confusion à l’assemblée et faire diversion,’’

Plusieurs analystes et juristes contactés pensent que l’installation du bureau d’âge en province n’a aucun fondement juridique, car le règlement d’ordre intérieur de l’assemblée provinciale ne le prévoie pas. À d’autres de proposer que, si les élus ne sont pas d’accord avec le comportement de l’un de membres, ils peuvent initier séance tenante une motion incidentielle pour faire partir un membre.

‘’ L’échec d’hier, suite à l’assemblée provinciale, fait que plusieurs d’entre nous soient sous menace de morts. Personne n’a cédé aux intimidations, aux sollicitations, à vendre la lutte contre le musumba c’est ce qui dérange. Notre combat est l’encouragement de la bonne gouvernance. Nous encourageons les femmes à nous accompagner pour sauver notre province. Seule la lutte peut nous libérer,’’ interpelle Furaha Pascazia

Signalons que ces jeunes pétitionnaires sont contre les démarches de certains députés qui seraient à la guise du gouverneur afin de déstabiliser le bureau de l’assemblée provinciale.

Patrick Babwine

 

Leave a Response

× Contactez l'équipe de deboutrdc.net