Un compatriote congolais Vivant en Italie, analyse la situation qui prévaut à l'Est de la RDC

ITALIE: Nos yeux tournés chez nous, DE LA SITUATION SÉCURITAIRE A L’EST DU PAYS – KAMERHE ET MBOBERO.

0
283

 Je Suis CHRISTIAN WEZA RUTAKAZA, originaire de Mbiza- Mbobero territoire de Kabare, actuellement en Italie depuis pratiquement 17 ans. Après mes études secondaires au collège Saint Paul Kitumaini, j’ai poursuivi mes études en Philosophie à la Ruzizi, actuel Institut supérieur de Philosophie ISP/ Bakanja. J’ai quitte Bukavu en 2003 pour Kinshasa et ensuite pour l’Italie. En Italie depuis 2004, je fais mes études en théologie, en sciences politiques (non encore conclues) et en même temps j’ai fait un master en Ressources Humaines. Suis membre et Cadre de l’UNC depuis 2014, parti cher au Président Vital Kamerhe. En Italie j’ai beaucoup travaillé et suis toujours dans le domaine social ; dans le soin et accompagnement de personnes avec addictions problems (alcol, substances stupéfiantes, internet addiction, pathological gambling…) j’ai coordonné des projets d’accueil et accompagnement d’immigrés et demandeurs d’asile politique quelques années et ces dernières années engagé dans l’éducation suis enseignant dans deux écoles secondaires. Suis marié à une femme d’ici à Milan/ Italie où nous vivons et père de deux enfants 8 ans et 3 ans.

Vous m’invitez à nous confronter sur trois préoccupations que je retiens d’une importance capitale dans le contexte socio politique de notre, pays, de notre Région, mais aussi et notre territoire.

Lecture et proposition par rapport à l’insécurité à l’est du pays. Groupes armées locaux et étrangers. Vous savez Mr le journaliste, il nous a fallu du temps pour identifier et comprendre les vrais problèmes dont est victime notre pays depuis des décennies. Pour beaucoup d’années on nous a ennuyé avec des questions et accusations intertribales, pour enfin comprendre que toutes les guerres nous imposées servent à favoriser le pillage de nos richesses, le complot de balkanisation de notre pays, bref une manipulation extérieure pour nous diviser, nous exploiter et nous assujettir. Il nous a fallu du temps, mais c’est clair qu’aujourd’hui il n’est secret pour personne et le peuple congolais semble en être conscient.

De cette prise de conscience à des engagements nationalistes pour rétablir la paix, l’unité et le sens d’appartenance nationale, la confiance entre gouvernants et gouvernés, il nous faudra du temps. Les circonstances ont porté l’homme congolais et surtout le politicien congolais aux désamours envers sa patrie, à l’égoïsme, à la frustration et au manque de clairvoyance.  Le politicien congolais se perd dans des urgences sans une vision préventive des faits réels. Des réactions rudes et hasardeuses pour sauvegarder ses dividendes. Le peuple n’existe que comme tremplin pour atteindre ses objectifs avec tous les moyens possibles, actions inhumaines et horribles comprises.

L’ennemi du Congo et du congolais est devenu le Congolais lui-même. Le Congolais aujourd’hui a plu peur de son voisin, de son frère que d’un étranger. Le politicien congolais a plus confiance aux étrangers, que dans ses camarades du parti. L’autre est devenu un ennemi qu’il faut neutraliser pour assurer sa propre survie.
Il nous sera impossible penser à la sécurité du pays en général et de l’Est en particulier, sans penser à un travail de réconciliation et de pardon. Il faudra beaucoup travailler pour rétablir la confiance entre les individus, les communautés, entre gouvernants et gouvernés. Le Kivutien devra se sentir protéger par ses propres frères et nos forces de l’ordre que par la Monusco. Il devra se sentir libre d’exprimer ses analyses et critiques constructives. Surtout Le Kivutien devra sentir ses droits et devoirs garanties. Il faudra beaucoup travailler sur l’inclusion et combattre toute forme de tribalisme et de favoritisme. Chaque kivutien devra se sentir intégré et protégé.

Vital Kamerhe condamné à 20 ans de prison. Aucune preuve matérielle n’a démontré sa culpabilité. Il est désormais clair et certaines langues se sont déliées directement ou indirectement que le Président Kamerhe est victime d’un complot politique. Il ne faudrait pas être juriste ou spécialiste en matière pour comprendre que le procès a été construit et organisé pour condamner un innocent et favoriser certains conciliabules politiques. Mais on ne condamne pas un innocent. Jamais. La Vérité élève une nation. Elle est têtue et ne se laisse jamais emprisonner. 
Les responsables de ce procès bidon ont-ils pensé aux conséquences à tous les niveaux? Depuis que Kamerhe est en prison rien ne marche, tout est au ralenti si non fermé.  Et les meneurs de ce montage de procès savaient bien qu’on en serait arrivé là. Qui paie  en tout ça? Certainement c’est le peuple congolais.

 
Vous voyez Mr le journaliste, nous sommes dans la même logique de neutralisation de l’autre pour assurer sa survie, ses intérêts personnels et non ceux de la population. On aime plus le pouvoir que les personnes.
Le Président Vital Kamerhe est gravement malade, pourquoi il n’ya pas d’implication directe de la haute hiérarchie pout tout d’abord sauver un innocent et laisser la justice, seule dire le vrai droit? Et le vrai droit après avoir suivi le procès il est clair que VK est innocent. Pourquoi sacrifier un innocent ? Vital Kamerhe doit simplement et directement être libéré justement car aucune preuve n’a été apportée des preuves pour démontrer sa culpabilité.
Laissez-moi aussi vous dire qu’avec cette situation encore une fois de plus Kamerhe a démontré son fort sens de patriotisme, de responsabilité et de pacificateur. C’est une grande leçon à la nation qui devrait servir de soubassement pour aire répartir ce pays.

La population de mbobero victimes de démolitions. La plainte contre la famille de Kabila. Comme quel message à cette population.

La première des choses qui me vient en tête c’est d’inviter notre population de mbobero à ne pas continuer à céder à la manipulation et l’instrumentalisation de certains opportunistes. Je pense qu’au début les démarches pour favoriser un contexte de dialogue entre la population et la famille du Sénateur à vie Joseph KABILA et qui ont porté à certains accords auraient dû servir des soubassements pour continuer les échanges. Chez nous on dit que le voisin est plus important d’un familier dans certaines circonstances. Avec un voisin, cherche un accord et non un perpétuel conflit. Ce principe devrait aider d’une part notre population et de l’autre notre nouveau voisin. Nous savons que dans ce dossier il ya des gens qui en ont fait leur buzz et jusque à quand leur intérêt ne seront pas satisfaits ils continueront à exploiter et désorienter notre population.  

Dans ce dossier, Il y a eu implication directe  de notre  Mwami Kabare, des notables du Kivu, de Kabare et de Mbobero-Mbiza qui maitrisent bien ce dossier et qui ont proposé des pistes de solutions. Comment se fait-il que par après il y a eu d’autres personnes qui ont réussi à manipuler une partie de la population pour continuer leur marketing ?

Que veut la population de Mbobero ? Entre « les victimes », il y a des originaires de Mbobero et d’autres frères non originaires qui ont acheté de terre. Comme dans la même logique des questionnements précédents, nous sommes tombés dans cette prospective d’instrumentalisation, de manipulation de la population et surtout de sujets faibles pour en tirer bénéfice. C’est vraiment triste.
Quand on parle avec eux, ils veulent la paix, le bon voisinage avec la famille Kabila. La population de Mbobero a besoin des gens qui viennent vivre avec eux portant d’opportunités de développement. Ils ont besoin de voir sur leur territoire des possibilités de travail, des œuvres productrices…

Nous mettons en garde toute personne tendances confondues contre toute manipulation et instrumentalisation de notre population. Nous appelons les nôtres à l’unité, au dialogue et surtout à la réconciliation. Nous avons besoin d’un climat favorable aux investisseurs, di bon voisinage e connivence.  Nous ne permettrons à personne de bloquer le processus développement désormais irréversible de notre territoire. Nous appelons toutes les filles et fils de Mbobero à la responsabilité, à l’unité et surtout à la solidarité.

Analyse de CHRISTIAN WEZA RUTAKAZA depuis  le Milan/ Italie  un fils de Kabare  

lire: ITALIE : La diaspora clame l’innocence de Vital Kamerhe et exige sa libération

Comments are closed.