+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Politique

Sud-Kivu : 2 gouverneurs incapables de finir 13 km de route en 2 ans

406views

Le 30 Mai 2020, c’est dans un peu près de quatre mois. Arrivé à cette date, cela fera pratique deux ans que seulement 13Km seront en train d’être réhabilités sur la Route Nationale N°2 précisément sur l’axe allant de la Place de l’Indépendance (Bukavu) jusqu’à l’endroit dit Amsar en territoire de Kabare.

Lancés par Claude Nyamugabo, alors gouverneur du Sud-Kivu, pour une durée de 30 mois soit 6 mois pour 2,5Km et exécutés par la société TRABEMCO, ces travaux tournent au ralenti et moins de trois kilomètres sont déjà asphaltés.

Le constat dressé par la rédaction de deboutrdc.info fait état d’un tronçon routier réhabilité jusqu’à l’entrée de l’Institut Bwindi à l’endroit dit Shahidi mais qui, déjà, commence à se délabrer à certains endroits.

Des routes à usages uniques

En effet, alors que les travaux n’ont pas même pas été exécutés à la moitié, l’endroit réhabilité sera à reprendre dans si peu de temps. C’est notamment le tronçon situé entre l’entrepôt de Vanny Bishweka et les Cliniques Universitaires de Bukavu ainsi que l’endroit situé entre la Place de l’Indépendance et l’Hôpital Provincial de Bukavu.

A ces deux endroits, la route est en délabrement très avancé suite aux éboulements de terre et le risque d’une probable coupure. Ce qui réduirait à zéro les efforts déjà consentis.

Si Claude Nyamugabo a été évincé du gouvernorat du Sud-Kivu sans avoir fait grand-chose pour cette route, l’actuel locataire de Nyamoma Théo Ngwabidje Kasi semble hors plaque et cet axe routier serait le cadet de ses soucis.

Des autorités insensibles

En effet, c’est bientôt une année qu’il est là mais aucune avancée n’est enregistrée. Certes, deboutrdc.info se rappelle que le Vice-Gouverneur Marc Malago a supervisé les travaux de pose de l’enrobé à partir de la société BRALIMA.

Mais faudrait-il se contenter uniquement de cela pendant toute une année ? Une question que se posent plus d’un observateur, les usagers de cet axe routier et même des internautes.

D’ailleurs, les acteurs de la société civile de Kabare et mêmes les mouvements citoyens ont organisé plusieurs sit-in et des manifestations pour exiger la poursuite de ces travaux et spécialement la réhabilitation de l’endroit dit Murhundu, présenté comme prioritaire au vu de son état.

La dernière manifestation est la ville morte décrétée par la société civile du groupement de Bugorhe et même la destruction de la barrière du Fonds National d’Entretien Routier FONER installée au centre commercial de Miti.

Deux gouverneurs, même pratique ?

Si les deux gouverneurs n’ont pas réussi à réhabiliter les 13Km en deux ans bientôt, l’endroit mythique dit Murhundu, un tronçon de moins d’1Km, est resté une épine pour eux.

Plus d’une fois, Claude Nyamugabo est arrivé sur le lieu sous pression des mouvements citoyens et d’autres couches de la population. A l’occasion, des travaux ont été lancés et/ou annoncés mais jamais achevés et/ou exécutés de manière effective.

Lire aussi:  Sud-Kivu: l’arrêt des travaux sur la route Bukavu-Amsar produit déjà des conséquences

A ce jour, l’actuel locataire de Nyamoma Théo Ngwabidje Kasi ne s’est jamais, du moins en ce qui concerne les informations détenues par deboutrdc.info, rendu sur le lieu pour effectuer une inspection.

Néanmoins, l’autorité provinciale était attendue le vendredi 14 février 2020 pour lancer les travaux sur cet axe précis (Murhundu) mais, au final, l’Office des Routes s’est retrouvée seule sur le terrain.

Sous financement du Fonds National d’Entretien Routier FONER, ces travaux consistent à l’entretien des caniveaux, élever le niveau de la route et le traçage des passages sous routes pour permettre à l’eau qui stagne dans les caniveaux de couler jusque dans le Lac-Kivu, avait déclaré à nos confrères de RTVGL Anicet Kakese, Directeur de l’Office des Routes.

130 Mille dollars pour quel impact ?

Selon lui, ces travaux sont provisoires pour permettre aux usagers de bien circuler à cet endroit en attendant les grands travaux qui seront exécuté par la société TRABEMCO qui a signé le contrat pour la réhabilitation de tout cet axe routier.

Le député provincial élu du territoire de Kabare Jérémie Basimane de son côté précise que la somme libérée par le FONER pour ces travaux de 130 mille dollars à repartir sur Murhundu et la montée de AMSAR.

Sur le même sujet:   Sud-Kivu: qu’est-ce qui bloque les travaux sur la route Bukavu-Kavumo?

Le questionnement qui persiste sur les lèvres des habitants est de savoir comment ce montant a été affecté.

« Les pierres qu’ils utilisent sont extraits gratuitement sur notre terre à Kabare. Le sable et la latérite de même. Nous avons l’impression que toutes les dépenses qu’ils subissent concernent uniquement le carburant et quelques personnes qui ont été recrutées pour ce faire. Mais allez voir les travaux qu’ils nous font. C’est ridicule. D’ailleurs je dirais que la situation ne fait que s’empirer. Les choses doivent changer… d’ailleurs nous avons même appris que dans le cadre du programme des cents jours chef de l’Etat, cet axe routier a bénéficié de 20Km. Le Gouverneur doit nous expliquer ou est passé cette somme », se plaint Emmanuel Bengehya, Président de la Société civile de Kabare.

Des véhicules endommagés

Entre temps, l’Association des Chauffeurs du Congo ACCO en sigle axe Katana indique avoir dénombré près de 11 véhicules qui ont été endommagés jusqu’à devenir irréparables. Cette structure de la société civile croit que cela serait dû à l’état dans lequel se trouve ce tronçon routier.

Nombreux estiment que la province a désormais besoin des actions concrètes et palpables et non des discours et/ou messages propagandistes pourtant les habitants croupissent dans la misère.

Bukavu/Thèrese A.

 

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp