+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
DDH et JournalistePolitique

Sud-Kivu : Insécurité à Bukavu, la population abandonnée

331views

En deux mois soit du 13 Janvier au 13 Mars 2020,  la ville de Bukavu , capitale de la province du Sud-Kivu, a enregistré 14 cas de corps sans vie ramassés. Les derniers cas en date sont ceux d’un corps du sexe masculin ramassé sur avenue Georges Defour et un autre d’une femme. La société civile monte au créneau et demande aux autorités de prendre la sécurité de leurs administrés avec du sérieux. Elle veut voir les députés, l’exécutif et le maire se mettre au travail pour éradiquer l’insécurité devenue chronique.

« Un corps sans vie d’un homme d’une quarantaine d’année vient d’être retrouvé dans les escaliers qui quittent Eka bana vers Institut Supérieur de développement Rural, ISDR, avenue George Defour au quartier Nkafu en commune de Kadutu. Le Bureau urbain de la société civile demande aux autorités de redoubler d’efforts en vue de sécuriser la population dans cette partie de la ville de Bukavu », alerte Zozo Sakali.

La société civile regrette de voir que les criminels continuent à endeuiller la population par le même mode opératoire.

« Un corps sans vie d’une femme ramassé à 5 jours de la célébration de la journée internationale des droits de la femme », ajoute Zozo Sakali.

Face à cette situation sécuritaire devenue chronique dans la ville de Bukavu, la population de cette ville par l’entremise de la société civile regrette de voir que les autorités gardent silence face à ce crime urbain qui endeuille plusieurs familles.

« Jusque-là aucun communiqué d’une seule autorité. C’est le silence radio. La seule fois que le président du Bureau de l’Assemblée provinciale s’était montré actif, c’est à travers la lettre qu’il avait adressé au gouverneur sur l’attaque du convoi d’un député à Walungu », rappelle Sakali.

Pour rappel, lors de son investiture le gouverneur Théo Kasi avait promis faire de la sécurité son cheval de bataille.

« Restaurer l’autorité de l’Etat et garantir la sécurité des personnes et de leurs biens sur toute l’étendue de la province, est l’une des priorités de mon gouvernement », avait promis Théo Kasi lors de son investiture le mardi 11 juin 2019 devant les députés provinciaux du Sud-Kivu.

Actuellement cette sécurité est loin d’être vécue par ses administrés.

Les acteurs de la société civile, veut voir le gouverneur et tout ses services connexes travailler pour donner corps à son slogan de « diriger autrement » car sans la sécurité aucun développement n’est possible.

 « Nous avons vu et lu des communiques de Nyamoma (bureau du gouverneur) lorsque nous avons perdu notre frère du gouvernorat. Aujourd’hui, il s’agit d’un papa, mécanicien et d’une femme svp. Agissez chers élus du peuple. L’argent du contribuable congolais bouffé par les cellules d’investigation, les bureaux d’études, les conseillers, le Maire, Bourgmestres ».

Thérèse A.