+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Politique

SUD-KIVU : Le non-respect de biens publics, une monnaie courante à Bukavu

428views

Depuis jeudi 02 juillet 2020, le quartier Panzi s’est réveillé sous une forte tension pour dénoncer la spoliation de leur marché de Kamagema. Les usagés de cet espace public refusent de voir un individu se donner le luxe de vouloir récupérer la grande partie du marché que la population utilise depuis une certaine période.

La société civile contactée, dénonce ces agissements plus barbares consistant à spolier les biens publics sous la barbe des autorités impuissantes.  Le président syndical de ce marché vivrait présentement en pleine clandestinité, car poursuivi pas le Pomba solution, un mouvement de jeunes qui serait transformé en agent de l’ordre.

Marie Migani présidente ad-intérim de la société civile dénonce cette façon de faire, tout en demandant de laisser la justice faire son travail. Chacun doit jouer son rôle peut importe la façon dont il le fera nous allons juger âpres, interpelle-elle.

‘’Nous avons appris de spoliation des terrains. Nous allons citer le cas du cimetière de la Ruzizi qui continue à être spolier et le plus ressent est celui du marché de Kamagema. On nous a dit qu’il aurait un certain monsieur qui depuis longtemps a acheté cette parcelle et pourtant nous savons que c’est un marché public. Là nous disons que l’Etat, le service de sécurité et la justice doivent jouer chacun son travail pour que le bien public puisse rester sous la responsabilité de l’Etat. Le bourgmestre nous a rassuré que le dossier se trouverait devant la justice et nous devons laisser la justice faire son travail. L’appréciation pourra être après et c’est ainsi que nous puissions donner le résultat qu’il faut,’’ précise Marie Migani Binti présidente ad-intérim de la coordination de la société civile de Bukavu

Contacté le chef du Quartier a.i de Panzi dément les allégations portant vente du marché et précise que les échauffourées des deux jours à Panzi seraient dues à la rumeur qui circulait disant que les Pomba solution envoyé pour attraper le président syndical de ce dit marché serait enlevés et portée disparu.

« Non, on a pas vendu le marché, mais c’est un dossier de quelqu’un qui avait acheté depuis 2004 et chaque fois qu’il veut construire, la population qui exploite cet endroit lui résiste. Il est parti au tribunal est le jugement est sorti à sa faveur lui permettant de récupérer sa parcelle et la suite nous ne connaissons plus. Ces Pomba sont venus prendre le président par force avec un mandat d’amené. L’importunés a fuit et alors les vendeurs ont cru à l’enlèvement et ont décidé de barrer la route pour réclamer la libération de leur président.’’ confirme Nsimire Buhendwa Aimée chef du quartier a. i de Panzi.

Patrick Babwine

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp