+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
vendredi, avril 23, 2021
DDH et JournalistePolitique

SUD-KIVU : procès kamerhe, une porte ouverte vers la Balkanisation?

16005views

Les procès Vital Kamerhe et ses coaccusés suscite différentes réflexions dans le chef de la population congolaise. Dans une déclaration rendue publique le 07 juin 2020 par un groupe d’universitaires du Sud-Kivu, ce procès du leader de l’Union pour la Nation Congolaise aurait des conséquences néfastes sur la nation congolaise et sa patrie. Selon ce groupe, constitué de professeurs, chef de travaux et assistants, les réactions de témoins mettent en contribution le germe de la balkanisation  du pays, mais aussi une véritable guerre de clans.

S’inspirant de l’affaire Dreyfus qui avait conduit à la division de la France en deux blocs, ces cadres du Sud-Kivu estiment que le procès Vital Kamerhe entraîne comme conséquence la balkanisation, la radicalisation ainsi que le tribalisme. Ils pensent que le directeur de cabinet du chef de l’Etat sera condamné non pas pour de raison de détournement, mais parce que l’élite a besoin du coupable.

« Si l’affaire Dreyfus avait conduit à la division de la France en deux blocs, le procès ‘‘Kamerhe’’ emporte avec lui le germe de la Balkanisation de la RDC, de la radicalisation et du tribalisme. Les auditions des témoins nous l’ont démontré. A l’instar de l’affaire Dreyfus, une presse influente, essentiellement de l’Ouest du pays, semble orienter les poursuites dans le sens de la condamnation. Sans préjuger du fond de l’affaire, Kamerhe sera sans doute condamné non pas en raison de son implication avérée dans le détournement, mais parce qu’une certaine élite a besoin d’un coupable, » peut-on lire dans cette déclaration un groupe d’universitaires du Sud-Kivu

Pour eux, le peuple congolais concourt à la destruction de sa nation. Ces derniers proposent un choix entre un changement radical et une disparition, qui pourra déterminer le devenir de l’Etat Congolais.

« Le peuple assiste à une destruction prononcée de l’existence d’une nation fondée sur des valeurs positives. Pour se défaire d’une telle situation, ce peuple est appelé à choisir entre metanoia et disparition. En choisissant, il doit s’inscrire en faux contre cette disparition et, après ce changement profond, opter non pour une simple déconstruction, mais pour une déconstruction-reconstruction. Il s’agit d’une part de déconstruire l’Etat de non droit et de ses antivaleurs, d’autre part de reconstruire un véritable Etat de droit et ses valeurs fondatrices : la séparation des pouvoirs ; le respect de la hiérarchie des normes ; la justesse, l’indépendance, l’équité et l’objectivité de la justice ; l’égalité de tous devant la loi ; la certitude de la peine, » ajoute-il.

Dans cette déclaration, ces enseignants de la province du Sud-Kivu proposent une série des pistes des solutions qui peuvent être envisagés.

Pour plus de détails, lisez la déclaration :Déclaration 01 VK_FINAL 3 (1)

Bernardin Matabaro

× Contactez l'équipe de deboutrdc.net