+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
DDH et Journaliste

Bukavu : entre « enfer » et cachots de la ville, il n’y a qu’un pas

456views

Le bureau urbain de la société civile plaide pour l’amélioration des conditions carcérales dans des cachots et amigos de la ville de Bukavu.

Il s’observe un constat amer que traversent les détenus dans ces lieux carcéraux.

« Ces amigos n’ont pas d’eau et d’autres installations hygiéniques laissent à désirer car dans beaucoup de cachots et amigos les détenus utilisent les bidons de vingt litres coupés en deux partis ou les uns parviennent à faire le grand besoin par manque des toilettes », alerte le président de cette structure citoyenne Jackson Kalimba dans un document rendu public dont votre rédaction s’est procurée d’une copie.

Ce qui inquiète de plus est que ces mêmes bidons contenant des matières fécales restent sur le même lieu ou ces détenus passent la nuit.

Il y a d’autres détenus qui sont arrêtés dans de Ce qui inquiète de plus est que ces mêmes bidons contenant des matières fécales restent sur le même lieu ou ces détenus passent la nuit. (caisse métallique de vingt pieds servant de sous bureau de la police dans coins chauds de Bukavu), dans des commissariats et sous-commissariats en traversant des conditions inhumaines dues à des installations hygiéniques et le manque d’eau et pourtant des petites amendes sont perçues et qui pouvaient pallier cette situation hygiénique qui laisse à désirer, ajoute Kalimba.

Le bureau urbain de la société civile a effectué un monitoring au cours du mois de février 2021 dans les amigos de trois communes de la ville de Bukavu.

C’était en vue d’évaluer les conditions sanitaires et hygiéniques dans ces lieux de détentions provisoires.

 

Ce qui fait qu’à ce que beaucoup d’entre eux y sortent avec des maladies comme la fière typhoïde, la diarrhée et le choléra.

« Etant donné que ces établissements pénitentiaires doivent être aménagés pour recevoir les personnes en conflit avec la loi, cet endroit ne serait pas considérer comme un mourir à cause des conditions sanitaires et hygiéniques », indique le président de la société civile urbaine.

Sur ce, la société civile de Bukavu, recommande au ministre provincial de la justice de mener un plaidoyer auprès des partenaires nationaux et internationaux voir même le gouvernement provincial pour améliorer les conditions de vie dans les cachots et amigos de la ville Bukavu.

Leave a Response

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp