+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
DDH et Journaliste

Bukavu : meurtre d’une écolière à la Brasserie, les audiences se poursuivent ce jeudi 11 mars

400views

Ouvertes mercredi 10 mars, les audiences foraines dans le dossier de l’assassinat d’une fille de 11 ans à la Brasserie dans la commune de Bagira ce jeudi 12 mars.

Dans la matinée, il était question de poursuivre l’identification des parties aux procès.

Ces audiences se tiennent dans l’enceinte de l’Etat-Major de la force navale en face de l’usine de la Bralima où les faits se sont produits.

Mercredi, le procès a connu son début avec la comparution de 2 prévenus, dont le policier qui assurait la garde et le détenu qui était gardé dans le cachot du sous-commissariat et qui serait indexé comme celui qui se serait servi de l’arme du policier et aurait tiré sur la jeune fille.

Lors de sa prise de parole, le policier détenu a nié avoir tiré sur l’infortunée, indexant son codétenu (civil qu’il gardait au cachot) de lui avoir ravi l’arme et a tiré une balle qui aurait conduit au décès de l’écolière.

Pour sa part le détenu civil a reconnu avoir eu de disputes avec le policier dans le cachot, des disputes qui selon lui se sont soldées par des bagarres.

C’est lors des bagarres que le civil reconnaît avoir touché l’arme du policier et une balle y est sorti allant ainsi atteindre la jeune écolière jusqu’à perdre l’âme.

Il faut dire que Awezaye Ombeni a été tuée par une balle tirée par un policier qui se disputé une arme avec un détenu, alors qu’elle revenait de l’école en date du 9 mars. 

Une situation qui a révolté des jeunes du milieu qui ont tabassé le policier en question et qui a eu la vie sauve grâce à l’intervention des militaires de la force navale. Ils ont ensuite barricadé la route au niveau de l’entreprise Bralima avant d’être dispersés.

Ces audiences foraines est une réponse à la demande de la société civile du milieu et du Bureau de Coordination de la Société Civile du Sud-Kivu qui ont exigé à ce que le coupable de cet acte soit jugé sur le lieu où il a commis le forfait.

 

Leave a Response