+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
DDH et Journaliste

SUD-KIVU: Procès “viols sur mineures” à Kavumu, l’activiste Aline Mudumbi vit sous menaces de mort

402views

Pendant plus de 5 ans, le centre de Kavumu, dans la chefferie de Kabare en province du Sud-Kivu, a attiré l’attention du monde à cause de cas de viols et mutilations sur les petites filles. Les auteurs sont un député provincial du Sud-Kivu du nom de Frédéric Batumike et ses hommes réunis au sein d’une milice armée dont il est le chef. Arrêté et condamné à la prison à vie par la justice militaire congolaise en décembre 2017 pour « crime contre l’humanité par le viol », le député et sa bande élargie,  sèment désormais terreur dans le camp des défenseurs qui ont dénoncé ces crimes graves depuis le début de l’année 2013.

Dans un communiqué rendu public ce 16 octobre 2018, l’organisation  de défense de droits des défenseurs des droits humains, Partenariat pour la Protection Intégrée, PPI, indique que Docteur Aline Mudumbi, vit sous menaces de mort. Médecin traitant au Centre Hospitalier de Kavumu et à l’Hôpital New Hope dans la même zone, Aline Mudumbi est menacée pour “avoir donné les premiers soins aux petites filles violées, référé les cas graves à l’Hôpital Général de Panzi et accompagné les parents des victimes dans la dénonciation”, révèle l’organisation.

PPI craint ainsi pour la sécurité de cette militante qui non seulement est médecin  mais aussi activiste des droits humains qui appuie la question de genre dans plusieurs organisations où elle intervient à travers la province du Sud-Kivu.

« PPI rappelle qu’en 2016, deux collègues d’Aline dont l’Administrateur Gestionnaire et le Comptable au Centre Hospitalier de Kavumu ont été enlevés, torturés et n’ont été relâchés qu’après le paiement d’une rançon. Femme Défenseure des Droits Humains et membre de PPI, de COFAS et volontaire à Caritas Développement Bukavu, l’activiste Aline vit actuellement dans la clandestinité craignant pour sa vie et celle de sa famille », renseigne l’organisation.

Par ailleurs, PPI, indique qu’en mars 2016, Maître Evariste Kasali, fervent défenseur des droits humains, collègue de Dr Aline Mudumbi au sein de la société civile locale et « pièce maitresse » dans la documentation des preuves de viols sur mineures, a été assassiné et ledit député accusé comme présumé auteur.

Ainsi, PPI lance un cri d’alarme et plaide pour la sécurité de Dr Aline Mudumbi qui vit actuellement dans la clandestinité.

« Enfin, Partenariat pour la Protection Intégrée non seulement dénonce les menaces qui pèsent sur la personne d’Aline Mudumbi mais aussi condamne les interpellations par la police et le parquet et demande aux autorités de lui assurer protection et sécurité », conclut Jonathan Magoma, Officier de Plaidoyer et Protection à PPI.

Contactée, Dr Aline condamne les croyances fétichistes et occultes dont ont été animés les esprits des hommes de plus d’une quarantaine pour arriver à violer des enfants d’entre 18 mois de naissance à 10 ans. Quoique consternée, Aline se sent soulagée par le verdict de la Cour Militaire du 1 décembre 2017 ayant condamné le député et 10 de ses hommes.
“Le député et sa milice savent que je détenais des preuves qui les ont enfoncés. Ils ont écopé d’une peine de prison à perpétuité et à présent, ils ont commis leurs collaborateurs externes pour nous traquer. J’ai échappé à leur filature à maints reprises. Récemment, ils ont attaqué ma maison croyant que j’y étais. Pour le moment, je vis en cachette car je crains le sort de mes confrères dont le plus récent est celui de Dr Gildoris Byamungu, lâchement assassiné à Kasenga, dans la ville d’Uvira”, regrette Aline.

Rappelons qu’au Sud-Kivu comme partout en RDC, plusieurs défenseurs des droits humains et journalistes sont régulièrement menacés, incarcérés, torturés et tués pour avoir exercé leur travail entant que tels.

 

 

Leave a Response

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp