+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Les DDH Vicar Batundi Hangi et Me Pascal Mupenda. Photo©deboutrdc.net
Les DDH Vicar Batundi Hangi et Me Pascal Mupenda. Photo©deboutrdc.net
DDH et Journaliste

RDC : Au pouvoir après 37 ans dans la rue, l’UDPS commet les mêmes erreurs que ses prédécesseurs (activistes)

623views

Après la répression sanglante de la marche de l’opposition politique du 20 mai 2023 en République Démocratique du Congo, plusieurs activistes des droits humains se sont levés pour condamner cette énième violation des libertés publiques. Ils regrettent que le parti présidentiel s’adonne à cette pratique qu’il a combattue pendant près de quatre décennies avant d’accéder au pouvoir.

C’est partout au pays que les défenseurs des droits humains (DDH) exigent des poursuites judiciaires et des sanctions exemplaires contre les responsables. Les DDH Vicar Batundi Hangi et Maître Pascal Mupenda des provinces du Nord et du Sud-Kivu respectivement, regrettent unanimement que l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) avec une expérience de 37 ans de « lutte » et  de la « rue », se permette de restreindre l’espace civique.

« Qui d’autre construira une véritable démocratie si un Parti politique ayant fait plus de 37 ans dans la rue viole l’espace civique ? »

s’interroge Vicar Batundi, Prix Tulipe pour les droits humains 2022, qui exige des châtiments à l’endroits des auteurs.

« Cette situation ne doit pas passer sous silence. Les auteurs doivent être arrêtés et jugés publiquement pour répondre de leurs actes et servir de leçon à d’autres auteurs de violations de libertés publiques », exige-t-il.

Toujours présent aux manifestations non violentes exigeant le respect des textes et des droits fondamentaux, Maître Pascal Mupenda rappelle la nécessité de respecter les droits et libertés fondamentales. Il fait allusion au pouvoir chèrement acquis par le concours de tout le peuple qui l’a arraché de mains de [Joseph Kabila, ndlr] au prix du sang.

« Il n’y a rien qui peut expliquer une si grande violation des droits de l’Homme. Pire encore, nul ne l’ignore que notre pouvoir vient de l’opposition après 37 ans de lutte ».

Et de poursuivre :

« Si les dirigeants auxquels nous avons fait face étaient sans scrupules, ce qui a fait qu’ils ont massacré sans état d’âme nombreux d’entre nous et refusaient la tenue des manifestations, nous ne devrions pas prendre cela comme un modèle étant déjà au pouvoir ».

A sept mois d’élections générales au pays, ces acteurs craignent que les violences se multiplient. Ils appellent ainsi le gouvernement congolais à prendre des mesures idoines afin de promouvoir la santé de l’espace civique, « l’un des baromètres de la démocratie » longtemps réclamée par le parti au pouvoir.

Lire aussi: RDC: Choqué par les violences, Denis Mukwege condamne la répression policière de la marche des opposants à Kinshasa

Il est à noter que l’opposition congolaise réunissant 4 leaders principaux dont Martin Fayulu, Moïse Katumbi, Matata Ponyo et Delly Sesanga est descendue dans les rues de Kinshasa le samedi 20 mai. C’était dans le but de dire non à la vie devenue chère, à l’insécurité à l’Est du pays et à l’opacité dans les préparatifs des élections. Quant aux élections, l’opposition accuse le pouvoir en place de préparer la fraude aux prochains scrutins.

Ce même jour, deux autres manifestations des partis de la coalisation au pouvoir ont eu l’autorisation du Gouverneur de Kinsahsa d’avoir lieu dans la même ville. Celles-ci se sont bien soldées contrairement à celle des opposants qui a été violemment réprimée par les forces de l’ordre. Il a été reporté des morts et des blessés en plus des arrestations.

La répression dont a fait usage la police a été justifiée dans un communiqué officiel par Gentiny Ngobila, Gouverneur de la ville province de Kinshasa, comme une réponse au non-respect de l’itinéraire par l’opposition. Ngobila a tout de même condamné « quelques dérapages commis par certains policiers ».

Ce lundi 22 mai, ces leaders de l’opposition ont à nouveau saisi le gouverneur de la ville de Kinshasa pour lui annoncer une autre manifestation prévue le 25 mai. Il s’agit d’un sit-in devant le siège national de la CENI (la centrale électorale en RD Congo) pour « protester contre le processus électoral chaotique en cours ».

Dans l’entre-temps, Kizito Ngoyi, porte-parole de la Dynamique Progressiste Révolutionnaire (DYPRO) dite « d’opposition républicaine » a annoncé tenir une marche populaire ce même jour. La DYPRO veut marcher pour « dire NON au glissement du calendrier électoral en cours d’exécution et NON à la recomposition de la Commission Electorale Indépendante (CENI), régulièrement et légalement constituée ».  La marche chutera au siège de la CENI où un mémorandum de soutien au processus électoral sera déposé, annonce le communiqué.

Il est possible que ce 25 mai 2023 l’on assiste à deux manifestations parallèles au même endroit et au même moment ; ce qui exacerberait la tension dans la capitale congolaise.

Lire aussi: KINSHASA : Tenue simultanée de trois manifestations politiques différentes dans la même ville

Vous aimez nos contenus?

Deboutrdc.net met tout son cœur pour réaliser des contenus interactifs et immersifs que vous pouvez retrouver sur tous vos supports. Journalistes, photographes, graphistes et développeurs collaborent étroitement pendant plusieurs jours ou semaines pour vous proposer des interviews et des analyses qui répondent à une grande exigence éditoriale. Leur réalisation prend du temps et des ressources considérables. Nous sommes cependant persuadés que ces investissements en valent la peine et avons fait le choix de laisser ces contenus en libre accès et dépourvus de publicité. Un choix rendu possible par ceux qui croient en l'indepenance de notre média. Pour continuer à travailler en totale indépendance éditoriale et produire des contenus interactifs, deboutrdc.net compte sur vous. Si vous souhaitez nous soutenir, veuillez nous écrire à

directeur@deboutrdc.net ou via WhatsApp à +243 854566913

.

Leave a Response

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp