+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Image presse_©tiers
Image presse_©tiers
DDH et Journaliste

SUD-KIVU : Les Médias en Ligne menacés par le Gouvernement Provincial

830views

Le vendredi 21 avril 2023, Jérémie Zirhumana Basimane, Ministre Provincial de l’Urbanisme, Habitat, Environnement, Médias et Porte-parole du Gouvernement du Sud-Kivu a promis prendre des « mesures sévères et sans complaisance » à l’encontre des responsables des Médias en Ligne de cette province. Pour échapper à ces mesures, les Médias en Ligne sont demandés de présenter les documents d’autorisation d’implantation et de fonctionnement endéans quatre jours. Une décision qui a fâché le réseau des Médias en Ligne œuvrant en province.

Réunis au sein du Réseau des Médias en Ligne dans les Grands-Lacs (REMEL-GL), les Médias en Ligne du Sud-Kivu déplorent cette attitude du Ministre sans soubassement Juridique et qui va à l’encontre des lois de la République.

Le 13 mars 2023, le Président Felix Tshisekedi avait pourtant promulgué l’Ordonnance-loi de N°023/009 fixant les modalités de l’exercice de la liberté de la presse, d’information et d’émission par la radio et la télévision, la presse écrite ou tout autre moyen de communication en RDC. Pour la toute première fois, cette nouvelle loi a reconnu l’existence formelle des Médias en Ligne qui, jadis, n’étaient régis par aucun cadre légal.

Pourquoi quatre jours en lieu et place de six mois ?

La décision du ministre tombe pendant que le contexte est dominé par une forte crise politique datant de 2019 depuis  que Théo Ngwabidje Kasi a été élu Gouverneur de cette province. L’Assemblée Provinciale, en désaccord avec sa gestion, a déjà initié 5 motions contre lui l’imputant de détournement, de spoliation des domaines de l’Etat, etc. Réhabilités à deux reprises par la plus haute instance judiciaire du pays, Ngwabidje et son gouvernement ont perdu la confiance des élus provinciaux de qui ils détiennent le pouvoir exécutif.

Dans un climat aussi tendu que celui-ci, les médias indépendants n’ont pas croisé les bras. Bien entendu, ils sont, dès lors, confrontés, d’un côté, à la prolifération des Médias créés par des politiciens pour des fins qui leur sont chères et, de l’autre, à l’attitude ambivalente de certains Médias dits communautaires mais dont « l’encre » est payée par ces politiciens.

C’est alors que l’heure est à l’étouffement des Médias en Ligne qui, en plus de quelques médias traditionnels sérieux, sont restés la source d’information crédible, libre et indépendante d’où puisent les populations et communautés entières aussi bien au pays que dans la diaspora.

En donnant un moratoire de 4 jours aux Médias en Ligne, le Ministre des Médias et Porte-parole du Gouvernement provincial est « délibérement » allé à l’encontre de l’Ordonnance-loi susmentionnée qui définit les documents que les Médias doivent réunir et qui, en son article 139, stipule que :

« Tous  les organes de presse existant avant l’entrée en vigueur de la présente Ordonnance-loi disposent d’un délai de six mois, à dater de sa promulgation, pour s’y conformer ».

Des menaces politiquement motivées

Dans son communiqué de presse du 22 avril 2023, en réaction à celui du Ministre, le REMEL-GL a, tout en rejetant en bloc les mesures annoncées par celui-ci, dénoncé cette procédure qui ne vise que le musellmeent de la presse.

« Le REMEL-GL estime donc que ce communiqué du Ministre Provincial frise une tentative claire de musellement de la presse au Sud-Kivu en cette période où la province connait des vives tensions dues à la crise politique entre l’organe délibérant et l’exécutif provincial et où la population mérite d’être informée en toute impartialité ».

Le réseau plaide pour l’implication des instances nationales habilitées et celle des organisations œuvrant pour la défense de la liberté de la presse à tous les niveaux pour que le projet du Ministre Provincial reste un échec. Il demande également que cessent les menaces d’arrestation et de fermeture de Média que subissent certains de ses membres dont les Médias sont déjà qualifiés par les autorités provinciales de « Médias hostiles à leur gouvernance ».

Oui à la liberté de la presse

Le REMEL-GL conclut son communiqué en rappelant et en réaffirmant son engagement à œuvrer pour une presse libre et indépendante exempte de toute pression politique au Sud-Kivu, en RDC et dans la région toute entière.

Ainsi, si au XXIème siècle les dirigeants de la province du Sud-Kivu ne veulent pas que les Médias en Ligne parlent de la situation qui y prévaut, elles doivent se rappeler que la liberté de la presse, telle que définie par Reporters Sans Frontière, est la possibilité effective pour les journalistes, en tant qu’individus et en tant que collectifs, de sélectionner, produire et diffuser des informations dans l’intérêt général, indépendamment des interférences politiques, économiques, légales et sociales, et sans menace pour leur sécurité physique et mentale.

Cette liberté garantit aux journalistes la possibilité d’enquêter librement et d’informer les citoyens sur les sujets de leur choix et que grâce à elle, les médias sont libres de diffuser des avis différents, de commenter, de débattre et de critiquer.

Vous aimez nos contenus?

Deboutrdc.net met tout son cœur pour réaliser des contenus interactifs et immersifs que vous pouvez retrouver sur tous vos supports. Journalistes, photographes, graphistes et développeurs collaborent étroitement pendant plusieurs jours ou semaines pour vous proposer des interviews et des analyses qui répondent à une grande exigence éditoriale. Leur réalisation prend du temps et des ressources considérables. Nous sommes cependant persuadés que ces investissements en valent la peine et avons fait le choix de laisser ces contenus en libre accès et dépourvus de publicité. Un choix rendu possible par ceux qui croient en l'indepenance de notre média. Pour continuer à travailler en totale indépendance éditoriale et produire des contenus interactifs, deboutrdc.net compte sur vous. Si vous souhaitez nous soutenir, veuillez nous écrire à

directeur@deboutrdc.net ou via WhatsApp à +243 854566913

.

Leave a Response

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp