+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
DDH et JournalistePolitiqueSport

Bukavu : Risque d’explosions des camions citernes vers Giyamba, les camionneurs alertent

889views

Quelques jours après la coupure de la route vers Gihamba  par les habitants de ce coin de la ville de Bukavu au Sud-Kivu, les conséquences se font déjà sentir. Des camions sont rangés le long de la route. Les chauffeurs de ces derniers  passent des nuits à la belle étoile sans eaux ni électricités. Pour préparer, ces derniers le font au dessous  de ces  engins qui transportent des produits inflammables. Ce qui peut  conduire à une explosions . Les chauffeurs de ces  camions  venus  pour la plus part de la Tanzanie plaident pour que cette situation soit résolue.

Les Habitants de la commune d’Ibanda dans le quartier Essence GYHAMBA avaient coupé la route qui relie la république démocratique du Congo en province du  Sud-Kivu et la République du Rwanda. Le trafic transfrontalier est paralysé depuis plus d’une semaine, les gros véhicule d’immatriculations congolaises et étrangères se trouvent bloquer vers la frontière Ruzizi II. Une file indienne de véhicule engin lourd est visible sur cette route. La population manifeste son mécontentement et en  colère décide de mener des actions pour condamner la négligence avec laquelle cette route est réhabilitée depuis plus des 3 ans par le groupe Rubuye. Soumis à la colère populaire, les transporteurs qui empruntent ce tronçon lance un cri de détresse.

Pas de lumières, absence d’eaux et des installations sanitaires, insécurité et tracasseries policières ainsi que rupture alimentaire. Telles sont des conditions dans lesquelles vivent, ces chauffeurs.

Beaucoup de camions remorques et citernes transportant de marchandises et des inflammables se trouvent entasser de part et d’autres de la frontière du coté Rwandais et Congolais.

La présence de produits inflammables insécurise plus d’une personne. Plusieurs camionneurs trouvés sur place lancent un SOS auprès des autorités nationales et provinciales, les interpellant de réhabiliter cette route d’intérêt national. D’au moins une longueur de 2,7 kilomètres tronçon rond-point Major Vangu jusqu’à Ruzizi II.

 ‘’Nous vivons dans l’obscurité ici pas d’éclairage, nous sommes vraiment exposé à plusieurs risques. Vous voyez comment nous avons de camions citernes qui transportent du pétrole et nous sommes obligés de préparer en dessous. Le risque d’inflammation est trop grand. Pas d’installations sanitaires ici nous sommes obligés de nous débrouiller dans la brousse. Les agents de l’ordre viennent nous tracasser chaque nuit pour que nous leur payions. Vraiment nous sommes inquiets et demandons aux autorités congolaises de tout faire pour que nous rentrions chez nous», déclare Ramazani Hagi un camionneur originaire de la Tanzanie.

Certains autres conducteurs se plaignent de la situation et se demandent où vont les 200 et 100 qu’ils payent comme frais d’entretien routier selon la catégorie du véhicule ainsi que les taxes de stationnement?

Cette situation ne reste pas sans conséquence sur l’économie de la province. Ces véhicules bloqués soit au Rwanda, soit à la frontière Congolaise créent de la rareté de certains produits de premières nécessités entre autre le carburant.

Il est à noter que depuis le 23 janvier 2020 les habitants de Gyhamba dans la commune d’Ibanda ont décidé de faire agir les autorités congolaises par la force en coupant la route qui se trouvait déjà en état de délabrement très avancé. La population de Panzi et de l’Essence Gyhamba réclament la poursuite des travaux de réhabilitation de cette route par le groupe Rubuye

Leave a Response

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp