+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
lundi, juin 21, 2021
Incendie à Nyalukemba / Nkafu aussi en subit pareil
Incendie à Nyalukemba / Nkafu aussi en subit pareil
Environnement

Bukavu : Incendie devenu fréquent, la population est appelée à prendre précaution 

16036views

La ville de Bukavu fait face à d’énormes catastrophes naturelles qui n’épargnent pas sa population et les biens, selon un constat fait par la rédaction de deboutrdc.net. Plusieurs familles dorment à la belle étoile par manque de logements,  suite aux multiples incendies. Pendant que les saisons en province du Sud-Kivu se disputent boues et poussières, la saison pluvieuse caractérisée par des éboulements et érosions fréquentes, a laissé des Bukaviens en période de vaches maigres. A ses débuts, la saison sèche semble moins prometteuse, vu les multiples incendies qui font la une ces derniers jours en Ville.

Plusieurs aspects sont à la base de ces catastrophes qui frappent Bukavu. Les constructions anarchiques et sur des sites impropres, l’alternance des saisons, le manque des matériels et engins nécessaires, ainsi que l’absence d’une équipe de secours formée pour limiter des dégâts.

Les conditions sociales non-réunies

Départ plusieurs analyses menées à échelle et à longueur du temps, certains endroits sont voués à la disparition dans cette ville. Des sinistrés abandonnés à leur triste sort n’ont en aucun cas d’espoir de bénéficier d’une quelconque assistance. Ce sont notamment le cas des sinistrés de Nyamugo qui réclament réparation de préjudices subit suite à la non obtention de l’assistance qui leur été destinée, les habitants du Camp Zaïre, ceux de Funu logeant la partie communément appelé Bresky qui continuent à vivre dans des conditions inhumaines. Les vendeurs du marché Beach Muhanzi qui seraient restés sans revenus après que des dépôts contenant des marchandises aient pris feu. Ils attendent encore de l’aide promise par le gouvernement.

La mairie absente dans la ville, le camion anti-incendie perche sur le toit d’une maison

Le manque des pompiers professionnels et d’engins de secours continu à causer d’énormes préjudices à la population. A titre explicatif, sur avenue Patrice Emery Lumumba non loin de l’hôpital Bio Glodie, un incendie avait ravagé de maisons. Dépourvu d’équipement, la ville s’est retrouvée en difficulté de contenir le feu. Même cas pour le bloc paroisse de l’Institut Supérieur Pédagogique de Bukavu qui a été consumé et laissant certains étudiants qui occupaient des dortoirs en situation d’alerte. Malgré cette situation désastreuse, le camion anti-incendie est toujours sans suite depuis qu’il ait fini sa course sur le toit d’une maison. Cet engin de grande nécessité n’est jusque-là pas en position de sortir de son trou, faute de la non-implication de l’autorité urbaine dans ce dossier.

Un bilan ascendant pour une éventuelle catastrophe

La politique de gestion pour les gouvernants Congolais semble avoir un caractère de guérir que de prévenir des risque, la plupart des populations s’interrogent sur leur devenir pendant cette période qui s’annonce  dangereuse.

Le bilan des incendies continu à s’alourdir du jour au lendemain. Des cas d’incendie qui ne cessent de s’accentuer. Des constructions anarchiques sont aussi parmi leurs causes majeures.  Sur avenue Irambo, 19 maisons parties en fumée et totalement consumées en date du Vendredi 28 Mai 2021, 17 maisons touchées par le feu et 11 démolies pour raison de prudence ce qui fait au total quarante et sept maisons sur cet axe. Alors qu’au niveau de Cliniques Universitaires UOB, un jour après, des maisons ont pris feu faisant état de 14 entièrement consumées et 3 maisons détruites.

La ville de Bukavu confrontée tantôt à des incendies et des éboulements des terres, risque de ne pas réunir des conditions adéquates dans les jours les avenirs. Nombreux plans méritent d’être examinés pour relever les défis auxquels fait face Bukavu.

Par Hortense Zabona

Leave a Response

× Contactez l'équipe de deboutrdc.net