+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
vendredi, avril 23, 2021
les sinistrés des Nyamugo montent au créneau et exigent leur argent
les sinistrés des Nyamugo montent au créneau et exigent leur argent
DDH et Journaliste

BUKAVU : Les sinistrés de Nyamugo refusent l’assistance en vivres et non vivres et réclament leur argent.

16052views

 Ngwabidje refuse de se plier aux demandes des sinistrés, il ne jure qu’à la distribution des vivres et non vivres. Au cours d’un point de presse tenu le 3 février 202, les sinistrés de Nyamugo refusent de recevoir les dons en vivres et non vivres leur proposés par le gouverneur de la province et exigent à l’autorité de leur donner des espèces car le besoin  en nature n’est plus au rendez vous.

Lebon Bahati président des victimes de l’incendie  l’a annoncé devant la presse et promet reprendre des grandes actions si jamais dans 48 le gouverneur ne se ressaisit pas.  Juvenal Lushule, membre de la société civile et délégué de la composante philanthropique humanitaire regrette de voir que le numéro Un de la province n’as pas pris en compte les propositions lui fournies par sa commission et a préféré suivre des orientations de ses conseillers que satisfaire au besoin des bénéficiaires.

Les sinistrés des Nyamugo réclament un montant équivalent à 1242720 francs congolais octroyés par le gouvernement central pour venir en aide aux victimes d’incendies. Ce montant avait été réceptionné depuis le 17 février 2020, une année après que les bénéficiaires peuvent maintenant entrer en possession de cette assistance. Ces derniers disent regretter de constater qu’au cours de leur manifestation, le gouverneur Théo Kasi leur avait promis de régler cette situation avant la fin du mois de février, mais rien n’est encore envisagé.

‘’ Nous sinistrés de Nyamungo demandons au gouverneur de nous donner notre don en espèce et non en vivres et non vivres. Nous nous sommes endettés lors de la construction et bien nous avons besoin d’argent en espèce. Pour cette raison,  nous donnons un ultimatum de 48 heures au gouverneur sinon nous allons reprendre avec des manifestations des grandes envergures pour exiger ce don du gouvernement central.  Pour parvenir à notre démarche, demandons les soutiens des autorités policières, militaires et d’autres leaders pour nous soutenir,’’ invite Lebon Bahati président de Sinistrés de Nyamugo

Contactez, Juvénal Lushule membre de la société civile et délégué de la composante philanthropique humanitaire et caritatif, affirme que cette question des sinistrés les tient plus à cœur et reçoivent régulièrement leurs correspondances allant dans les sens de renoncer aux aides  en natures mais souscrivant à l’octroi de l’argent uniquement.

’Nous sommes partis au stadium de Buholo IV ou on a procédé à l’identification de vrais sinistrés en passant par l’appel nominal pour savoir qui était sinistré et qui ne l’était pas en présence de la population. 548 personnes ont été retenues sur la liste. Si le gouverneur est conscient d’avoir reçu l’argent, nous avons suggéré au gouverneur de distribuer des espèces à ces sinistrés parce que les besoins d’il y a une année ne sont plus les mêmes aujourd’hui. Pour être plus claires, ces sinistrés nous ont montré qu’ils ont contracté des dettes pour construire leurs maisons lorsqu’ils se sont rendu compte qu’ils étaient abandonnés. Il leur faut de l’argent pour liquider leur dette,’’ fait savoir Lushule.

Dans la foulée, des sinistrés disent être prêts à en découdre avec le gouvernorat provincial qui s’impose et entrepose les vivres au lieu de répondre à leur besoin.

‘’ De la somme qu’a reçu le gouverneur pour nous, chacun doit bénéficier  1500 $, allez y comprendre vous-même comment ont peut envisager nous offrir une nourriture, des assiettes et gobelets, ciment et la suite. Plus d’une année vous croyez que la nourriture est encore un besoin ? Nous demandons au gouverneur de nous donner notre argent en espèce pourquoi il persiste ? Sont-ils capables de nous fournir des biens équivalents à cette somme ou bien qui veut en avoir besoin ? Nous sommes prêts à aller jusqu’au bout, voir même saisir la justice. Certainement que c’est un détournement qu’ils veulent camoufler, ’’ rassure l’une des victimes.

A en croire,  certains cadres de la société civile se plaignent de voir que l’autorité peut entreprendre cette action sans tenir une réunion technique avec ses partenaires (société civile et le comité de sinistrés).

Pour tout renseignement contactez nous au +243893204777

Leave a Response

× Contactez l'équipe de deboutrdc.net