+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Justice

Kinshasa : une chasse à l’homme effrayant, certains Hauts Cadres en RDC, sous mandat d’arrêt

494views

Faisant suite aux instructions du chef de l’Etat, l’Inspection Générale des Finances dans son communiqué rendu public en date du 06 Mai 2021, dévoile la liste des noms de quelques hauts cadres se trouvant sous mandat d’arrêt.

Après l’arrestation historique de Vital Kamerhe ancien directeur du chef de l’Etat sur le dossier de 100 jours, la liste s’allonge. Ce dernier aurait servi d’exemple en ouvrant grandement les portes des prisons pour recevoir ce qui seraient soupçonnés d’avoir trempé dans des malversations et détournements.

’Vital Kamerhe, directeur de cabinet et principal allié politique du président de la RDCongo, a été placé en détention provisoire, mercredi 8 avril 2020 au soir, à la prison centrale de Kinshasa, a indiqué une source judiciaire. Kamerhe, ancien président de l’Assemblée nationale, a été transféré peu après 19 h 30 (18 h 30 GMT) à la prison centrale de Makala dans le cadre d’une vaste enquête anti-corruption supposée marquer le « renouveau » de la justice dans la lutte contre l’impunité des élites. C’est la première fois dans l’histoire du pays qu’un directeur de cabinet de la présidence est arrêté. Figure centrale de la vie politique congolaise, il a été placé sous « mandat d’arrêt provisoire » après avoir été entendu pendant plus de six heures par le parquet dans le cadre de cette enquête sur la mauvaise gestion présumée de fonds publics,’’  a précisé la source judiciaire à l’AFP.

La liste s’allonge et la panique envahit la classe politique

Après la fuite de John Numbi, de Kalev Mutonde l’ancien homme fort de l’ANR, de Willy Bakonga attrapé vers le Congo Brazza, c’est le tour d’une dizaine de hauts cadres en RDC en majorité du FCC qui sont dans le collimateur de la justice.

Les apparences sont souvent trompeuses, l’ancien Premier Ministre Matata Mponyo Mampo, pris comme modèle des dirigeant et qui incarnait le sens du leadership congolais, est curieusement cité dans une affaire louche.  Le technocrate Congolais finalement sous le coup d’un mandat d’arrêt émis depuis 06 mai par l’inspection générale des Finances.  Augustin Matata Ponyo dans sa réaction sur son compte twetter depuis Conakry, dénonce une justice politiquement instrumentalisée et décide de rentrer à Kinshasa.

De Conakry où je me trouve au service de l’Afrique, j’ai décidé d’écourter mon séjour de travail et de rentrer à Kinshasa pour faire face à une justice politiquement instrumentalisée. Je suis fière d’avoir servi mon pays dans la transparence et crois en la force de la vérité“, a-t-il écrit dans un twett.

Les caciques de la kabilie en débandade 

 Augustin Matata Ponyo, est un ancien Premier ministre de Joseph Kabila et présentement sénateur.  Le procureur de la Cour de cassation a demandé la levée de ses immunités pour qu’il puisse être entendu dans l’affaire concernant la gestion des fonds d’un parc agro industriel Bukanga Lonzo.

L’Inspection générale des Finances (IGF) qui fait trembler, a relevé plusieurs griefs portés à charge contre Augustin Matata Ponyo.

Désigné comme l’auteur intellectuel de la débâcle de ce parc, il est cité comme étant le cerveau de la conception, la planification et les engagements pour paiement de plus de 83% des fonds décaissés directement au profit des comptes du partenaire sud-africain et de ses filiales logées en Afrique du Sud, ainsi qu’au profit de la société MIC Industries.

Ce dernier est accusé d’avoir participé dans la disparition de 285 millions engloutis dans ce projet dont 205 millions auraient été détournés.

En outre, de la liste de onze personnalités qui ont directement été dans la gestion du pays après plusieurs années, seul l’ancien ministre Matata Ponyo a déjà fait savoir sa position à sujet.

Rappelons que ce le ministre de l’EPST, monsieur willy Bakonga qui a été frappé est aujourd’hui sous la peine d’emprisonnement de 3ans pour avoir détourné des fonds alloué à la gratuité de l’école primaire.

Cette chasse à l’homme contre le poulain de Kabila, suscite plusieurs réactions. Sans doute, l’arrestation de Kamerhe, serait une stratégie savamment montée pour attraper les gros poissons. Pour certains ils crient à l’acharnement politique.

Par Carine Bintu

Leave a Response