+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
lundi, juin 21, 2021
Environnement

Nord-Kivu : 7eme jour après l’éruption du Nyiragongo, la situation semble prometteuse

16125views

Après plus d’une semaine d’éruption du volcan Nyiragongo au Nord-Kivu, la situation semble s’améliorer, la population toujours en débandade. Bukavu, des territoires voisins, le Rwanda continuent toujours en enregistrer un nombre si important de déplacés en masse. Dans une interview exclusive accordée à DeboutRDC ce Vendredi 28 mai 2021, Marrion Ngavho, président de la société civile de Goma, nous retrace l’évolution de la situation au Nord-Kivu.

 Debout RDC : Monsieur Marrion Ngavho Bonjour !

Marrion Ngavho : Bonjour Monsieur le journaliste !

Debout RDC : Vous êtes le président de la Société Civile de Goma au Nord-Kivu, quel est l’état de lieu actuel au Nord-Kivu, précisément à Goma ?

Marrion Ngavho : Monsieur le journaliste , après l’éruption volcanique du Samedi 22 mai 2021, aujourd’hui vendredi 29 mai, la situation est relativement calme et comme vous le savez, par annonce du Gouverneur, il a été demandé aux gens qui vivent dans dix quartier qui avaient connu la coulée de laves lors de l’éruption volcanique de 2002, de se délocaliser et d’aller vers Sac à une vingtaine de Kilomètre de la ville de Goma.

Debout RDC : Comment est-ce possible que le volcan ait surpris les gens, pourtant il y a un service scientifique qui surveille à la loupe les mouvements du volcan ?

Marrion Ngavho : Le volcan a surpris la population. L’OVG et le Gouverneur n’ont pas annoncé et c’était d’ailleurs la nuit du Samedi. Deux jours après il a demandé que les gens partent, et les gens commençaient déjà à partir et après l’éruption, il y’a beaucoup des gens qui se sont rendu à Sake, d’autres à Gisenyi au Rwanda pays voisin et hier on a rouvert la route entre Goma-Kibumba vers Rutshuru et beaucoup des gens sont partis déjà. Pourquoi ? Parce que la problématique de la lave pouvait se rencontrer avec le gaz méthane, ce que le communiqué du Gouverneur a dit qu’il faut d’abord prévenir les gens que de subir d’autres conséquences.

Debout RDC : Il y a-t-il des orientations de la part des autorités pour faciliter les mouvements de la population?

Marrion Ngavho : il n’y a rien qui a été présenté comme plan de sortie ou de contingence en cas de catastrophe volcanique, et donc les populations sont à Sake, à Minova, à Kibumba, etc. Sans assistance, sans abri, sans l’eau et sans les médicaments de première nécessité. C’est pourquoi la population est en train de demander à l’autorité provinciale de faire de son mieux pour les venir en aide sur tous les plans. Contrairement à cela, ces déplacés courent le risque de contracter des maladies, d’autres peuvent mourir dans leurs zones de retranchement.

Debout RDC : Et quel a été l’apport primordial de la délégation gouvernementale dépêchée à Goma ?

Marrion Ngavho : La délégation ministérielle est arrivée à Goma, a essayé d’aider certaines personnes malades dans des hôpitaux. Elle a également tenté de rouvrir la route  entre Goma et Butembo et cela pour faciliter n’est-ce pas, à faire la médiation, également pour la réouverture dans les heures tardives des voies de communication lacustre entre Goma et Bukavu.

Debout RDC : Quelles sont les conséquences enregistrées lors de cette éruption ?

Marrion Ngavho : Beaucoup d’enfant ont perdu leurs parents, plusieurs biens ont été calcinés dans le quartier Buhené en territoire de Nyiragongo, suffisamment des personnes ces sont vite déplacés sans avoir l’argent de survie, sans avoir les moyens essentiels de survie et il y a risque que quand il n’y a plus beaucoup des gens dans les quartiers qui sont ciblés donc Majengo, Office, Mabanga Nord et Sud, même un quartier proche du Lac, le quartier de volcan, il y a risque quand tout le monde se vide que des bandits et des personnes mal intentionnées commencent à rentrer dans les enclos, dans les maisons pour voler.

Debout RDC : Au cours de ces derniers jours, il s’observe des mouvements massifs des déplacés venus de Goma dans les installations portuaires de la ville de Bukavu, quelle est la situation de ce vendredi ?  

Marrion Ngavho : Aujourd’hui vendredi 28 mai 2021, la situation  redevient un peu calme après une journée et demi, la nuit d’hier il n’y a pas eu vraiment de tremblement de terre. Et donc vu les conditions dans lesquelles les gens vivent dans les zones de délocalisation, on remarque des gens qui rentrent dans la ville de Goma, on remarque certains opérateurs économiques qui font aussi les petits commerces, commencer les activités et les marchés il y a quand même des gens et les denrées alimentaires, certaines boutiques ont ouverts et même si toutes les banques n’ont pas ouvert, mais aujourd’hui vendredi, il y a quand même un ouf d’accalmie, de soulagement.

Debout RDC : Vous, en tant que chien de garde de la population que recommandez vous à la population ainsi qu’aux autorités à tous les niveaux?

Marrion Ngavho : La société civile demande à toute la population de veiller à respecter les règles et les informations fournies par l’Observatoire Volcanologique de Goma parce que tout n’est pas fini. On peut encore avoir une surprise. Nous demandons aussi aux gens de respecter  les mesures hygiéniques, parce que quand il y a des regroupements des gens à l’absence d’eau, à l’absence de nourriture, à l’absence de logement décent, il y a toujours risque des maladies d’origines hydriques. La société civile a condamné en premier la non information et la non surveillance du volcan et demande à l’autorité provinciale et nationale qui sont en charge de la recherche scientifique de prendre cette problématique de volcan et de gaz méthane qu’il y a dans le lac, une priorité de priorité.

Debout RDC : Monsieur Marrion Ngavho, nous vous remercions !

Marrion Ngavho : c’est nous qui vous remercions !

Par Bernardin Murhabazi Matabaro

Leave a Response

× Contactez l'équipe de deboutrdc.net