+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
DDH et Journaliste

RDC : Des DDH s’indignent du silence et de la passivité du Haut-Commissariat des NU aux droits de l’homme dans la mise en œuvre des recommandations du rapport mapping

202views

Les défenseurs des droits humains, des droits des femmes et des jeunes adressent des exhortations à Michelle Bachelet Haut-Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’homme, face aux propos négationnistes du Président de la République du Rwanda, lors de l’interview lui accordée par France 24 et RFI, à Paris, en date du 17 Mai 2021.

Dans une lettre ouverte d’indignation rendue publique le Samedi 22 mai 2021, dans la ville de Bukavu au Sud-Kivu, à l’Est de la RD Congo, des organisations œuvrant pour la défense, déplorent une passivité et un silence, qu’elles qualifient de complicité de la Communauté Internationale et demande que la justice soit faite en faveur des victimes de ces crimes odieux.

« le négationnisme scandaleux des crimes de masse commis en République Démocratique du Congo par des Etats tiers dont le Rwanda en soutenant, absolument,’’qu’il n’y avait pas eu de crimes à l’Est du Congo’’, le dénigrement du Rapport Mapping qu’il qualifié ‘’d’extrêmement controversé et très politisé’’ publié en 2010 par la Communauté Internationale et le mépris exprimé envers la personne du Dr.Mukwege, prix Nobel de la Paix 2018, » déclare ces DDH.

Ces activistes des droits humains demandent au Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme d’éclaircir l’opinion Congolaise face à ce dossier.

« prendre clairement position notamment en condamnant les propos inacceptables et négationniste des crimes de masse (crimes contre l’humanité, crimes de guerre et crimes de génocide) commis par les forces nationales et étrangères sur le territoire congolais, restituer à  nos organisations, dans un format numérique qui les rendra aisément accessibles, l’ensemble des sources documentaires dont s’est servi le HCDH pour rédiger le Rapport Mapping afin qu’elles puissent constituer la base d’un centre de documentation en ligne sur les crimes de masses commis en RDC, outil indispensable au travail de mémoire, de recherche de la vérité et de justice, » ont-elles ajoutées.

les défenseurs/défenseures des droits humains, de droits des femmes et des jeunes, actifs dans les organisations et réseaux de la société civile, expriment avec toute dernière énergie leur indignation et demeurent extrêmement préoccupées par le manque d’engagement et détermination du Haut- Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme dans la mise en œuvre effective des recommandations d’un rapport dont il est auteur.

Par Carine Bintu  

Leave a Response