+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
lundi, juin 21, 2021
Exif_JPEG_420
DDH et Journaliste

RDC : la réforme dans le secteur de l’armé, une grande nécessité pour soigner les blessures de victimes

16014views

Le relèvement de la nation congolaise implique la restauration de la justice indépendante, mais aussi de la réforme des services de sécurité. Dans son discours devant les élus provinciaux au Sud-Kivu, Dénis Mukwege revient sur la question de la réforme de service sécuritaire en RD Congo. Après avoir éventré le Boa, Mukwege démontre que le mal du peuple Congolais tire son origine dans le manque de formation de l’armée, police et des services de renseignement Congolais.

 Faisant allusion à quelques cas des massacres, tortures, viols et violences sexuelles, pillages enregistrés en République Démocratique du Congo révélés dans le rapport mapping, le plébiscité prix Nobel africain de la paix 2018, pointe du doigt certains hauts cadres de l’armé, de la police et de services de renseignement au-delà des adressions étrangères.

L’homme qui répare les femmes pense qu’il est impérieux que les autorités congolaises activent le projet de la réforme dans le secteur de sécurité.

’Pourquoi les autorités congolaises ne veulent pas entendre le dossier de réformer l’armée, la police et d’autres services des renseignements ? Nous sommes convaincus que si les dirigeants avaient la volonté, les choses pouvaient marcher. Comment pouvez-vous comprendre qu’un militaire qui a violé et tué soit promis et envoyé dans la communauté ?’’ S’interroge Mukwege.

Pour la Vice-Secrétaire générale, Louise Fréchette, à la Réunion de haut niveau sur la réforme du secteur de la sécurité en République démocratique du Congo (RDC) qui s’est tenue aujourd’hui à New York ;

« Comme dans tous les pays sortant d’une guerre civile, la réforme du secteur de la sécurité en RDC, c’est bien plus que la création d’une armée unifiée, la mise en place d’une force de police, et le désarmement et la réinsertion des anciens combattants, qui sont déjà d’énormes tâches.  C’est aussi la création d’un cadre transparent pour le secteur de la sécurité, un cadre définissant clairement le rôle et les responsabilités du Gouvernement et du Parlement dans la gestion de la sécurité du pays »,

 

La réforme du secteur de la sécurité a commencé avec l’adoption de décrets portant nomination des membres du haut commandement militaire, l’adoption par le Conseil des ministres du projet de loi concernant l’organisation de la défense et des forces armées, et la mise en place d’une unité de police intégrée et des entités nécessaires aux opérations de désarmement, démobilisation et réinsertion.

Il reste encore beaucoup à faire, et le temps presse.  

Il ne suffit pas seulement de passer à la nomination de haut fonctionnaire de l’armée, mais il faut savoir identifier leur passé et rétablir leur responsabilité. Pour Mukwege la RDC c’est un pays qui a toujours fait preuve de la bravoure et qui a toujours eu du potentiel, car depuis des années, l’armée congolaise était beaucoup plus forte et a toujours fait la fierté de l’Afrique.

’Je suis trop conscient que l’armée congolaise a été forte et qu’elle l’est encore. Elle est intervenue dans la libération de l’Ethiopie après avoir capturé 3000 Italiens. Au Tchad cette même armée avait bloqué le tout puissant Kadhafi. Le mal aujourd’hui c’est l’infiltration de l’armée par des troupes étrangères et la mauvaise politique au pays. Des officiers qui ont trempé dans des tueries et viols ne devraient plus être vus dans la communauté parce qu’ils n’ont plus sa confiance,’’ a déclaré le Dr Dénis Mukwege.

Dans son plan de sortie, Louise Fréchette pense qu’il faudrait élaborer un plan clair et réaliste qui permet de régler les problèmes qui se posent dans l’immédiat et d’établir des politiques à long terme en ce qui concerne l’intégration des forces armées et des forces de police.

Pour lui, le désarmement, la démobilisation et la réinsertion, le renforcement des institutions et les besoins en matière de sécurité dans l’est de la RDC sont nécessaires.  La réforme du secteur de la sécurité ne se fera pas en un jour.  Mais il faudra mieux intensifier le processus sur le terrain et ce qui est aussi extrêmement important de mobiliser l’appui de la communauté internationale.

Mukwege condamne le fait que les gens sortent des groupes armés pour parachuter aux hauts gradés militaires. Des criminels sont encouragés et nommés aux grands postes de commandement.

Patrick Babwine

Leave a Response

× Contactez l'équipe de deboutrdc.net