+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Exif_JPEG_420
Politique

RDC : le bilan des actions parlementaires jugé négatif (mizo Kabare)

382views

Le bilan des parlementaires tant au niveau provincial que national est jugé mitigé par plusieurs observateurs. Certains proposent la réduction de l’effectif à 260 députés en raison de 10 par province au niveau national et qu’au Sud-Kivu l’on ramène les 48 élus à plus ou moins 24 en raison de 2 élus par territoire plus les 4 villes de la province, car ce nombre pléthorique et budgétivore ne fait qu’impacter négativement sur le vécu de la population.

C’était au cours d’un entretien que la rédaction DéboutRDC.net a réalisé avec Janvier Mizo Makombe Kabare président du Ligue des Consommateurs des Service au Congo-Kinshasa LICOSKI asbl, que ce dernier a émis des doutes sur le rôle joué par les parlementaires Congolais. Et propose la réforme dans le secteur de partis politiques qui ne savent pas faire un choix judicieux sur la candidature idéale à plébisciter.

Deboutrdc : Mizo Kabare Bonjour,

Janvier Mizo Kabare : Bonjour monsieur le journaliste et bonjour à tous les lecteurs de votre média.

Deboutrdc : Monsieur Mizon comme consommateur des actions des nos élus, quel est votre degré d’appréciation ? Êtes-vous satisfait de leur méthode de travail ?

Janvier Mizo Kabare : merci beaucoup pour cette question, car elle est trop capitale et trop pertinente, parce qu’il en va du respect strict de la bonne gouvernance au regard de la mission assignée au parlement qu’il soit au niveau central qu’au niveau provincial. Nous savons qu’au regard de la loi, et la constitution, ils poursuivent une mission capitale en rapport avec la vie de l’Etat, la conduite des affaires publiques.

Deboutrdc : De par leur dénomination, que ce qu’on doit attendre d’eux ?

Janvier Mizo Kabare : d’abord ils sont législateurs et ils doivent confectionner des lois. Ces lois n’ont que comme objectif, l’amélioration des conditions de vie  des citoyens. C’est-à-dire  que par rapport à leur mission d’abord  de confectionner des lois, s’il faut faire une évaluation que ça soit au niveau national que provincial, le résultat est mitigé.

Deboutrdc : Vous comme d’abord consommateur, que ce qui vous pousse à qualifier de mitigé le bilan du travail fourni par les honorable députés.

Janvier Mizo Kabare : moi qui vous parle, j’ai observé dans ces pays qui nous entour ont déjà mis en place des mécanismes légaux de protection des consommateurs. Il y a le professeur Takisala qui depuis 2006 avait fait une proposition de loi portant protection de consommateur. Cette proposition dort dans le tiroir de l’assemblée nationale. Vous allez vous rendre compte que les seules lois que nos élus se précipitent à voter sont de lois budgétaires.

Deboutrdc : comment jugez-vous plus particulièrement les réalisations au niveau de l’assemblée provinciale du Sud-Kivu ?

Janvier Mizo Kabare : lorsque vous visitez l’assemblée provinciale du Sud-Kivu, vous vous rendez compte qu’il y a plusieurs édits en chantier qui ne sont jamais discutés et adoptés au niveau de plénières. Ça c’est vraiment un manque à gagner  pour la province. Au lieu de légiférer dans tel ou tel autre domaine pour viser le bonheur et le bien être du peuple, la protection des intérêts du peuple, les députés se livrent dans des actions qui ne rencontrent pas les attentes de la population.

Deboutrdc : En tant qu’acteur de la société civile, avez-vous pris le soin d’approcher ces élus et leur proposez ce que le peuple attend d’eux et leur rappeler ce qu’est leur rôle ?

Janvier Mizo Kabare : Nous avons eu à approcher certains élus provinciaux  et avons discuté sur certaines thématiques entre autres la proposition de l’édit portant protection des consommateurs. Attendons de voir s’ils vont annoncer cette proposition. Peut être s’ils en tenaient compte ça pourrait influencer certaines décisions à Kinshasa.

Le consumérisme une option capitale à prendre avec considération

Deboutrdc : pourquoi  défendez-vous avec toute énergie la branche de consommateur ? Pensez vous que c’est l’unique option qui soit oubliée par les parlementaires congolais ?

Janvier Mizo Kabare : si j’insiste beaucoup sur le consumérisme, c’est parce que j’ose croire que nous en tant que peuple congolais nous sommes consommateurs de services publics et des services privés. En tant que consommateur avons l’obligation de checker la qualité du travail qui nous est fourni, ou des biens et services qui nous sont fournis. Tu vois pourquoi cette question là nous intéresse. Pour nous, il s’agit de la consommation de services parlementaires.

Deboutrdc : de toutes les propositions d’édits y a-t-il ceux-là qui ont été voté et réussi correctement ?

Janvier Mizo Kabare : il y a eu de propositions d’édits, certains votés mais qui ne sont jamais mis en application. Par exemple l’édit portant gestion des déchets au Sud-Kivu, mais il y a de l’insalubrité par tout. L’édit portant protection de journalistes et DDH, mais les acteurs sociaux se font abattre en longueur de la journée. Nous demandons aux élus nationaux et provinciaux ainsi qu’aux sénateurs de s’auto évaluer eux même et comprendront qu’ils ne sont pas à la hauteur de leur tâche

Deboutrdc : Que recommandez-vous à la population qui donne mandat aux élus ?

Janvier Mizo Kabare : La société civile qui est une représentation du peuple devrait s’arrêter et réfléchir pour envisager des actions pratiques capables dès ramener les élus à bien faire leur travail. Qu’elle exige que les lois de la RDC soient respectées et non de gérer le pays comme un club d’amis

Deboutrdc : La rédaction vous remercie

Janvier Mizo Kabare : c’est moi qui vous remercie de m’avoir accordé votre micro

Par Patrick Babwine

Vous aimez nos contenus?

Deboutrdc.net met tout son cœur pour réaliser des contenus interactifs et immersifs que vous pouvez retrouver sur tous vos supports. Journalistes, photographes, graphistes et développeurs collaborent étroitement pendant plusieurs jours ou semaines pour vous proposer des interviews et des analyses qui répondent à une grande exigence éditoriale. Leur réalisation prend du temps et des ressources considérables. Nous sommes cependant persuadés que ces investissements en valent la peine et avons fait le choix de laisser ces contenus en libre accès et dépourvus de publicité. Un choix rendu possible par ceux qui croient en l'indepenance de notre média. Pour continuer à travailler en totale indépendance éditoriale et produire des contenus interactifs, deboutrdc.net compte sur vous. Si vous souhaitez nous soutenir, veuillez nous écrire à

directeur@deboutrdc.net ou via WhatsApp à +243 854566913

.

Leave a Response

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp