+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
mercredi, décembre 1, 2021
ActualitéEducation

SUD-KIVU: Le SYECO durci le mouvement de grève et appelle les enseignants à ne pas céder aux intimidations.

Le Syndicat des Enseignants du Congo (SYECO) décide de durcir le mouvement de grève. Ceci a été convenu lors de l’assemblée générale extraordinaire tenue ce lundi 25 octobre 2021 dans les enceintes de l’Athénée d’Ibanda à Bukavu.

Depuis le 4 octobre, date fixée pour la rentrée scolaire, les enseignants sont en grève dans les écoles publiques et conventionnées sur toute l’étendue de la République Démocatique du Congo.

Au Sud-Kivu, ils se sont réunis en assemblée générale ce lundi 25 octobre à l’Athénée d’Ibanda en vue d’évaluer le mouvement de grève entamé. A l’issu des échanges, ils ont jugé de poursuivre jusqu’à ce que leurs révendications trouvent gain de cause.

Pour le secrétaire provincial du SYECO, la grève ne prendra fin que lorsque le gouvernement congolais y aura répondu favorablement.

« Nous félicitons les enseignants pour la solidarité et la décision ferme prise depuis la rentrée scolaire. Certes que les enseignants Congolais traversent un moment difficile, mais nous ne cédérons pas dès lors que nos revendications ne seront pas prises en compte par l’État congolais ”, a-t-il dit.

Safari Mirindi appelle les différents syndicats à continuer à communier ensemble pour une justice équitable à l’endroit des enseignants, mais également pour l’intéret supérieur de l’enfant.

J’invite les différents syndicats (SYECO, SYNECATH et SYNEP) à l’union ferme afin de décourager l’injustice sociale dans ce secteur de l’enseignement qui est devenu le cadet des soucis de l’Etat congolais. Nous sommes venus juste pour évaluer la situation et venons de durcir la grève. Cela étant, je voudrais dire aux enseignants de ne pas céder aux intimidations. Nous serons entrain de nous réunir chaque lundi pour passer le message et faire l’évaluation», a-t-il conclu.

Quant à Kusinza Bernardin, enseignant dans une école publique de la ville de Bukavu, il reste convaincu qu’en dehors de la lutte, la situation des enseignants ne sera pas réglée. Il rappelle que les ensseignants sont aussi des parents et ont des besoins auxquels ils doivent répondre pour faire vivre leurs familles, d’où l’Etat doit leur payer un salaire décent.

Il sied de rappeler que ces enseignants en grève réclament la prise en charge des nouvelles unités et des enseignants non payés, la suppression des zones salariales, le paiement du deuxième et du troisième palier ainsi que la prise en charge totale des enseignants par l’Etat Congolais à travers une mutuelle de santé.

Diaz Bahati

Leave a Response

Open chat
Bonjour!
Deboutrdc.net est à votre écoute!
Vous voulez nous contacter? Cliquez juste ce bouton à coté!
× Contactez l'équipe de deboutrdc.net