+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
samedi, septembre 25, 2021
DDH et Journaliste

Sud-Kivu : Ministère de la justice, Ngwabidje supprime, PPI s’oppose !

L’organisation de défense des droits humains Partenariat pour la Protection Intégrée (PPI), se dit indigné de la suppression du ministère de la justice et droits humains. Cette organisation nationale demande au gouverneur du Sud-Kivu de revenir sur son arrêté. Ci-dessous l’intégralité de PPI.

L’organisation de défense des droits humains Partenariat pour la Protection Intégrée (PPI), une organisation de droit congolais à mandat régional oeuvrant pour la promotion de la paix et la protection des défenseurs des droits humains, a lu avec intérêt l’arrêté portant nomination des membres du gouvernement provincial en province du Sud-Kivu, signé le 21/08/2021 par le Gouverneur Théo Ngwabidje Kasi et publié la soirée du 22/08/2021.

 

Tout en encourageant l’initiative qui n’a fait que trop durée car même sans chercher à porter les lunettes, tout le monde savait voir que plus de 95% des ministres ou membres du gouvernement passé n’étaient pas à la hauteur et par ricochet ne facilitaient pas la tâche au Gouverneur par rapport aux attentes de la population,  PPI constate malheureusement et contre toute attente que le ministère de la justice et droits humains vient une fois de plus d’être supprimé dans le gouvernement Ngwabidje Il, à l’instar de son prédécesseur Claude Nyamugabo.

 

Au regard de ce comportement récidiviste au Sud-Kivu, PPI se refuse de croire que le gouverneur Théo Ngwabidje l’a fait à dessein, et pense par contre qu’il a été induit en erreur par les mêmes conseillers ou membres de son parti politique qui ont toujours proposé des personnes qui ne sont pas capables “des inaptes, des incompétents et sans formation préalable à ce poste”, seulement parce membres du parti ou proches des autorités morales. Conséquence, on a jamais senti l’impact de ce ministère en province, voire en RDC, ce qui fait qu’on pense qu’il est inutile et qu’on peut le supprimer ou y nommer n’importe qui et de n’importe quelle formation, et le pays ou la province va toujours fonctionner. Dommage, la vérité est qu’on enregistre toujours des multiples cas des décès suite au manque de nourriture et médicaments à la base de malnutrition et d’autres maladies, en plus des nombreux cas des prévenus préventifs dans nos prisons en très mauvais état, et d’autres graves violations des droits humains liées aux conditions carcérales qui laissent à désirer, sans qu’on ait un interlocuteur valable au ministère censé suivre et proposer des pistes de solutions à tous ces problèmes; en commençant par le numéro un (ministre lui-même) jusqu’au huissier, personne ne comprends la pertinence dudit ministère.

 

Pour PPI, malgré qu’on a jamais tiré grand-chose de ce ministère depuis la lutte des organisations de défense des droits humains qui ont milité pour sa restauration, le Gouverneur Théo Ngwabidje ne devrait pas le supprimer car le problème longtemps décrié résulte dans le choix de ses animateurs, en dépit des problèmes réels de droit de l’homme et de justice qui se posent sans que personne de ce ministère n’y comprenne grand-chose.

 

Ainsi, étant donné que cette situation mérite d’être dénoncée finalement par des mots crus car trop c’est trop, PPI demande aux organisations de défense des droits humains (ONGDH) du Sud Kivu de refuser cette fois ci toute collaborer avec le commissaire en charge de la justice et droits humains qui vient encore une fois d’être nommé au Sud Kivu, jusqu’à ce que Son Excellence Monsieur le Gouverneur de Province rectifie son arrêté en nommant un ministre en bonne et du forme de la justice et droits humains, répondant aux critérium que les ONGDH qui travaillent dans ce secteur peuvent lui proposer, s’il échet.

 

Dans la mesure où le Gouverneur ne reviendrait pas sur sa décision, PPI demande également à tous les autres partenaires intervenants dans le domaine de la justice et droits humains de tourner le dos à ce commissaire et par ricochet à tout le gouvernement Ngwabidje, considérant qu’il n’y a aucun interlocuteur valable pour répondre aux questions liées à la justice et droits humains au Sud-Kivu.

 

Fait à Bukavu, le 22/08/2021

Pour PPI

 

Maitre Pascal Mupenda

Directeur des Programmes RDC

Leave a Response

Open chat
Bonjour!
Deboutrdc.net est à votre écoute!
Vous voulez nous contacter? Cliquez juste ce bouton à coté!
× Contactez l'équipe de deboutrdc.net