+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
ActualitéDDH et JournalisteJusticePolitique

SUD-KIVU : l’implication intégrale de toutes les parties prenantes dans le programme DDRC-S nécessite la révision de la nomenclature des animateurs (BCSC Sud-Kivu)

442views

Le Bureau de coordination de la Société Civile du Sud-Kivu recommande au président de la République Démocratique Congo, Félix Tshisekedi Tshilombo, de revoir l’ordonnance de nomination des animateurs du Programme National de Désarmement, Démobilisation, Réinsertion Communautaires et Stabilisation PN-DDRC-S dont Tommy Tambwe est le coordonnateur. Ceci dans le but d’écarter toutes les personnes controversées pour donner la chance à ce programme de bénéficier de l’implication intégrale de toutes les parties prenantes.

Dans son communiqué rendu public le 09 mars 2022 et dont copie est parvenue à  deboutrdc.net, le bureau urbain de la société civile renseigne que la nomination des animateurs de PN-DDRC-S n’a pas pu respecter le principe de « vetting », le vetting qui est un domaine clé de la justice transitionnelle et qui est pris en compte en RDC. Ce bureau dernier se dit inquiet de la manière dont les animateurs dudit programme sont en train de l’exécuter sur le terrain.

« Le vetting stipule que dans le cadre de non répétition des crimes commis dans le passé et même dans le présent, ne peuvent se retrouver dans la gouvernance, des personnes qui ont trempé dans la commission de crimes dans le pays. La nomination  de Tommy Tambwe pour ne citer que ce cas, continue d’être le sujet de controverses entre les parties prenantes. Ces controverses sont de nature à bloquer la mise en place du programme et pourtant salué par la majorité des parties prenantes. Faut-il sacrifier ce processus simplement parce que l’on voudrait gratifier un individu au détriment de la communauté ou de la bonne marche du pays ?», peut-on lire dans ce communiqué

Par ailleurs, le bureau de coordination de la Société Civile du Sud-Kivu fait savoir que dans sa déclaration du 11 août 2021, il avait affirmé qu’il ne saurait encourager le chef de l’Etat à maintenir l’ordonnance présidentielle du 07août 2021, nommant les animateurs de la structure de PN-DDRC-S.

Bien plus, cette structure citoyenne pense que, trainer de répondre à leur recommandation correspondrait de plus en plus à une gifle donné de revers de la main à toutes les victimes de graves violations de droits de l’Homme commis à l’est du pays et une force donnée à ceux qui refusent l’existence de ces victimes sur le territoire congolais.

Toutefois, tout en encourageant le chef de l’Etat à vouloir rendre effectif le processus de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion Communautaire sur toute l’étendue du territoire national en le distinguant clairement de la justice transitionnelle dont il ne constitue qu’un aspect, le bureau de coordination de la société civile demande à toute personne éprise de paix et de justice de faire attention aux entreprises de consultations dans lesquelles se lancent les autorités tant nationales que provinciales, et qui pourraient créer de confusions dans les têtes de la population du Sud-Kivu.

Il sied de signaler que le Bureau Urbain de la Société Civile envisage des réflexions dans l’angle de la justice transitionnelle avec des initiés sur un cadre approprié afin de donner un vrai sens aux consultations envisagées.

Maguy Bapolisi

Leave a Response

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp