+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Actualité

371views

SUD-KIVU/ MITI : menace à mort du chef de groupement Chirimwami à l’égard des DDH

La poursuite du procès opposant 3 Défenseurs des Droits de l’Homme du groupement de Miti à Monsieur Chirimwami chef du dit groupement a eu lieu ce lundi 19 Avril 2021 au tribunal de grande instance de kavumu dans le territoire de Kabare. Consacrée  à la poursuite d’instruction sur la prévention des menaces d’attentat aux DDH qui ont montré et prouvé bel et bien que le chef de groupement continu avec des menaces à leur égard.

 Parmi les éléments constituant les preuves, la partie civile a présenté au tribunal les massages du chef de groupement leur envoyer ainsi qu’une audio dans laquelle il serait en train de les menacer pour mettre un terme à leurs vies.

Dans sa comparution, la partie civile, a fait preuve de la peur ressentie départ les menaces  qu’elle reçoive.

Face à ces preuves, le prévenu indique qu’il n’avait jamais envoyé ces messages dans l’intention de nuire, par contre il échangeait avec les DDH dans le cadre d’amitié sans imaginer que ceux-ci complotaient avec les gens qui le déstabilise dans la gestion de son groupement. Il a par ailleurs affiché un regret  que cela serait interprété comme étant un élément de menace par le DDH.

Quant à l’exposition de l’élément sonore présenté au tribunal, cette audio à été estimé comme étant une preuve mais, en Mashi langue locale généralement parlée dans l’entité, il s’est avéré nécessaire qu’un interprète indépendant puisse aider pour une bonne compréhension des deux parties. Ainsi l’audience a été renvoyée au 3 Mai 2021 pour réquisitionner  de l’experte interprétation à la poursuite de l’instruction et à une éventuelle plaidoirie.

Signalons que le dossier opposant les DDH du groupement de Miti à  Chirimwami chef du groupement, ce dernier serait poursuivi pour plusieurs griefs notamment la torture, le coups et blessures volontaires, association aux malfrats et enfin les menaces d’attentat, ces faits survenus en date du 17 Juin 2020 lors d’un sit-in des DDH devant le bureau du chef de groupement exigeant sa démission au motif de détournement d’une somme de plus de 11mille dollars.

 

Marianne KULIMUSHI

Leave a Response