+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
ActualitéEconomie

BUKAVU : Festivités des fins d’année, de l’incertitude des habitants suite à la crise financière

184views

La population de la ville de Bukavu risque de passer les festivités de noël et nouvel an dans un climat inhabituel. Ceci suite à la crise financière qui frappe bon nombre de citoyens ce dernier temps. Même dans des marchés, la plupart des vendeurs se plaignent du manque des clients, tandis que ces derniers parlent du taux de change et du prix des produits de première nécessité qui sont revus à la hausse.

L’engouement  qui est toujours observé sur les marchés pendant les préparatifs des fêtes telles que celles de noël et du nouvel an n’est pas visible pour cette année 2021. Une situation qui inquiète bon nombre de vendeurs de différents marchés de la ville de Bukavu.

Au marché dit chez « Baba Chingazi » par exemple, les vendeurs et vendeuses se lamentent et renseignent que cette année donne une mauvaise image car la vente ne se déroule pas comme d’habitude. Mwamini Sikamba, une vendeuse d’habits pour dames fait savoir qu’elle et ses collaborateurs ont du mal à écouler leurs marchandises étant donné que la plupart de leurs clients sont des travailleurs de l’Etat et ne seraient pas encore payés.

« Nous ne sommes pas en train de vendre comme c’était le cas au cours des années passées. Normalement pendant les périodes de festivités nous nous réjouissions beaucoup parce que nous écoulons facilement nos marchandises. Malheureusement ce n’est pas le cas pour cette année ! Nous nous demandons est-ce que les agents de l’Etat n’existent plus dans cette ville d’autant plus qu’ils sont nos clients d’honneur pendant les fêtes. Nous ne sommes pas en train de les voir, nous ne savons pas pourquoi, nous sommes en train de nous demander s’ils touchent toujours leurs salaires ou pas », regrette-t-elle.

En outres, cette vendeuse estime que le fait de ne pas vendre serait aussi dû à la hausse du taux de change. Pour elle, 1dollars  qui jadis se changeait à 2000 francs congolais est passé à 2040fc, voire 2050fc sur le marché, une situation qui ne permet pas de vendre parce que les clients qui détiennent les francs congolais deviennent incapables de se procurer les biens qu’ils souhaitent.

Pour certains les acheteurs, noël et nouvel an ne seront pas fêtés comme d’habitude. Ils estiment que cette année a été une année difficile, vu la crise économique observable sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo, excepté pour les politiciens qui vivent la bourgeoisie là où leurs administrés souffrent. Ils soutiennent également que la hausse du prix et le taux de dollars sur le marché ne seront pas capables de se procurer les denrées alimentaires, voire les préalables vestimentaires.

« Pour cette fin d’année, nous ne voyons pas la fête se dérouler dans nos maisons. Cette année a été dure pour tous les congolais, contrairement à ce qu’on pensait avec le changement du régime. Nous demeurons dans les mêmes difficultés au point que nous ne savons pas comment nous organiser. Pire encore pour nous qui vivons du taux du jour !», se lamente Anne Kulimushi.

Eu égard à la situation de crise qui se vit dans la province du Sud-Kivu, nombreux acheteurs se plaignent de la hausse du prix de certains produits de première nécessité sur le marché. A titre illustratif, ils font savoir que le bidon d’huile qu’ils achetaient à 32$ ou à 33$, s’achète à ces jours à 37$, 38 voire même 40$ américains. Situation qui ne leur permettra pas d’espérer allumer leurs braseros et festoyer comme ils l’auraient souhaité.

Maguy Bapolisi.

Leave a Response