+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
lundi, juin 21, 2021
Actualité

SUD-KIVU : Ce qu’il faut faire pour pallier à la montée des eaux des lacs Est-Africains (prof Masilya)

15959views

Les pistes des solutions proposées par le professeur Masilya bien que contraignantes, ces dernières semblent avoir un caractère efficace pour mettre fin au débordement des eaux qui sévit dans plusieurs milieux en Afrique. Après plusieurs appréciations et critiques menées par la population du Sud-Kivu, les origines de la montée des eaux de différents lacs Est-Africain n’ont en aucun cas une connotation mystique. Cela après un entretien avec le professeur biologiste de l’Institut Supérieur Pédagogique de Bukavu, Pascal Masilya.

Pour lui, les raisons n’étant pas liées à des forces surnaturelles, il est possible de mettre fin à cette situation. Ce qu’il faut faire dans certains cas, il faut mettre les chercheurs dans des conditions qui leurs permettent de travailler.

« Il y a plusieurs pistes de solutions selon qu’il y a multiples raisons liées à cette montée des eaux. Pour des raisons d’ordre climatique il faut outiller les techniciens qui mènent des recherches dans les domaines concernés. A ce moment là, les chercheurs peuvent suivre en avance et alertaient en avance, » renseigne-t-il avant d’ajouter, plusieurs pistes sont envisageables mais faut juste prendre en compte les facteurs qui sont à la base de ce débordement.

« Si les chercheurs en hydrobiologie font un suivi régulier avec des matériels spécialisés connectés à des satellites, ils peuvent déjà prédire pour annoncer sur le simple risque que présente le changement climatique et ainsi permettre aux gens de prendre des précautions pour ne pas être pris au dépourvu. Et l’Etat peut prendre des dispositions pour évacuer la population avant qu’il ne soit trop tard, »

Selon que plusieurs milieux sont concernés, il importe de monter des stratégies de haute envergure pour faciliter à l’éradication de ces phénomènes bien qu’étant liés aux différentes activités quotidiennes. Pour des aspects locaux, la gestion des bassins versants, il faut interdire l’abatage des arbres   et proposer des projets de reboisement de ces bassins versants.

« L’interdiction des constructions anarchiques sur des flans des montagnes ainsi que l’interdiction des cultures inappropriées à ces endroits pour une mise en place des stratégies de réduction sensible des érosions dans le bassin de façon à réduire la sédimentation de ces lacs, »

En outre les pistes des solutions pour lutter contre les facteurs locaux, la prise de conscience de l’autorité ayant les infrastructures sur les responsabilités qu’elle a peuvent être d’une importance capitale.

« Interdire des constructions dans l’eau.  On remarque que les gens construisent dans le lac, il faut qu’il y ait une réglementation   qui doit être respectée. Pour dire que pour le cas du Tanganyika, interdire la construction dans les 100 mètres de rives et le cas du lac Kivu, les 10 mètres de rives, »

Notre source a ainsi lancé un appel à l’Etat congolais d’appliquer la rigueur et la délocalisation des citoyens qui construisent dans le lac. Car pour lui, les inondations étant des catastrophes naturelles, l’eau n’augmente pas brusquement si la réglementation est respectée. C’est déjà une part des responsabilités.

Par Hortense Zabona

 

 

 

Leave a Response

× Contactez l'équipe de deboutrdc.net