+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
mercredi, mai 19, 2021
Santé

SUD-KIVU : Ces traumatismes que subissent des femmes pour avoir donné naissance aux enfants d’un même sexe

16045views

En République Démocratique du Congo, plus particulièrement en province du Sud-Kivu, plusieurs femmes sont victimes des accusations suite à la naissance des enfants d’un même sexe dans une même famille. Dans la ville de Bukavu, capital du Sud-Kivu, certaines femmes témoignent endurer des menaces de toutes formes de la part de leurs maris pour avoir donné naissance à seulement des enfants garçons pour les uns, et des enfants  filles pour les autres.

Selon ces femmes rencontrées, la plus part des hommes pensent que c’est la femme qui fait un enfant, qui décide du sexe de l’enfant et devrait payer pour n’avoir pas accouché un garçon ou une fille. Ces dernières renseignent que, ce problème leurs crée un déséquilibre sociale et serait une autre forme d’atteinte aux droits humains.

Noella, une mère de 9 enfants tous filles, Témoigne avoir eu des problèmes dans son couple parce que tout simplement elle n’a jamais accouché un garçon. Elle déclare que tous les 9 filles ont eu naissance dans moins de 11 ans de mariage avant que le mari n’ait épousé une autre femme.

« Après la troisième naissance, j’ai commencé à concevoir n’importe comment, je n’arrêtais pas d’avoir des bébés, mais Dieu aidant j’accouchais paisiblement. Mon mari n’arrêtait pas de me traumatiser disant que moi, je n’ai pas des enfants garçons dans mon ventre, par moment il ne revenait plus à la maison, après un temps j’ai appris qu’il avait déjà une autre femme, je ne sais pas si sa nouvelle femme va accoucher des garçons », se confie Noella.

Noella plaide pour  la sensibilisation de couples, plus particulièrement les hommes, afin aider d’autres femmes à ne pas subir le même sort, mais aussi pour aider les femmes à ne pas se sentir coupable d’être à la base de la naissance des enfants d’un même sexe dans une famille.

Contacté un médecin, Daniel Safari Nteranya, assistant de recherche au centre de médecine légal UOB, fait savoir que biologiquement, le sexe est génétique et c’est au niveau du chromosome que celui-ci est déterminé.

« La femme ne possede que deux chromosomes x,  mais l’homme lui possede un chromosome y. alors, sur le plan purement biologique, pour faire un enfant féminin ou un enfant masculin, cela dépend du pigment de hasard, et le hasard a fait qu’on ait que 50% de chance dans l’une ou l’autre situation où vous pouvez avoir quand une grossesse entre 50% fille et 50% garçon et là ce n’est pas le problème de la femme, mais plutôt un problème de l’homme, », Renseigne-il.

Daniel Safari précise qu’en termes de responsabilité face à cette situation, l’homme devrait porter le fardeau  car il possède tous les matériels suffisant pour déterminer le sexe de l’enfant. Il interpelle les hommes à ne pas tenir rigueur aux femmes suite à la naissance d’un enfant de tel ou tel autre sexe.

« Mais ce n’est pas quasiment un problème de l’homme puisqu’il ne sait pas non plus déterminer quel genre de spermatozoïde  de quel chromosome va devoir féconder l’ovocyte  de sa femme. Ce qui est du choix de la responsabilité par rapport à la détermination du Sexe, le sexe de l’enfant vient de l’homme, alors sur le plan culturelle, les hommes n’ont pas raison de faire porter cette responsabilité aux femmes qui du moins, ne possèdent pas des matériels génétiques nécessaires pour pouvoir déterminer la qualité du sexe de l’enfant », précise Daniel Safari Nteranya.

Notre source estime que la meilleure façon de remédier à ce problème dans des couples au travers des communautés, serait de passer par les jeunes en maximisant les discussions sur la santé de la reproduction, ce qui pourront les aider à comprendre un peu quelque chose de la biologie ou la physiologie de la reproduction.

Par Bernardin Murhabazi Matabaro

Leave a Response

× Contactez l'équipe de deboutrdc.net