+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
lundi, juin 21, 2021
Le professeur Pascal Masilya
Le professeur Pascal Masilya
Environnement

Sud -Kivu : Le débordement des eaux des lacs à l’Est, un facteur normal lié au changement climatique. (prof Masilya )

16049views

Le débordement des lacs dans plusieurs coins de la Province du Sud-Kivu notamment le lac Tanganyika et le lac Kivu inquiète les populations riveraines. Les lacs débordent de plusieurs mètres, un phénomène qui rende la vie des gens difficile. Selon certaines analyses, ces phénomènes seraient liés à la non-implication du gouvernement dans le suivi des recherches dans plusieurs centres qui travaillent sur la question. Pour Pascal Masilya biologiste et professeur à l’Institut Supérieur Pédagogique, la montée des eaux de ces différents lacs est un phénomène lié à plusieurs facteurs climatiques.

La montée des eaux de lacs met en cause plusieurs facteurs. Certains sont liés au changement climatique et d’autres à des phénomènes locaux qui rendent impraticable le vécu quotidien.       

 

« En fait la montée des eaux de nos lacs, pratiquement tous les lacs de l’Est de l’Afrique est un phénomène connu et bien documenté qui est périodique et cyclique. Il y a plusieurs raisons qui expliquent cela mais si on peut les classer par ordre prioritaire, il y a d’abord des raisons climatiques principalement qui s’explique à trois niveaux, »Renseigne Pascal Masilya

Les facteurs climatiques liés à la montée des eaux de lacs.

Le climat est un facteur qui influe sur les conditions atmosphériques pendant une période donnée dans une zone bien déterminée. Nombreux changements climatiques sont les facteurs qui occasionnent le débordement de plusieurs lacs en province l’a fait savoir Masilya. Pour lui, l’augmentation de la température est l’un des grands facteurs indéniables de la montée des eaux des lacs.   

« Avec le changement du climat, la température augmente les glaciers aux pôles fondent pour dire que les eaux qui étaient solides deviennent liquides et descendent pour remplir les écosystèmes aquatiques. Ce phénomène a comme conséquence, l’augmentation du volume d’eau, » renseigne Masilya avant d’ajouter : « le changement climatique induit une augmentation de la température dans notre planète ce qui créé un réchauffement des eaux de surface. Ce phénomène conduira à la dilatation thermique de l’eau. C’est tout à fait normal que le volume des eaux augmente, »

Les régions géographiques et les pluies contribuent aussi à cette montée des eaux de lacs. Pour lui, les lacs Kivu, Albert, Victoria, Tanganyika peuvent accuser des débordements, car à cause du vent d’Ouest qui souffle à ces endroits et ramènent des nuages qui à leurs tours sont à la base des précipitations, il y a risque de faire face à une montée des eaux de ces lacs.

« Tous les lacs du Rift Est Albertin subissent des effets de variation thermique des eaux des océans indien et pacifique. Quand les eaux de ces océans se réchauffent, l’évaporation augmente au niveau de ces océans. Il suffit que le vent d’Ouest ou le vent inversé  souffle les nuages qui sont formés avec l’évaporation sont alors emportés vers le rift Est Albertin et vont se retrouver au-dessus des bassins versants de ces lacs et la présence de ces nuages va augmenter le taux de précipitation. Le niveau des pluies va augmenter et la quantité des eaux aussi, »

Les facteurs locaux

En dehors des facteurs climatiques, les facteurs locaux contribuent aussi à ces multiples débordements. Cet analyste met en cause la mauvaise gestion des flancs de montagnes. La destruction de l’environnement à petite échelle contribue à l’avènement de ces catastrophes qui font la une dans ces différentes contrées. « Pour le cas d’Uvira qui nous concerne et le cas de Bukavu, il y a la mauvaise gestion des pentes de montagnes qui surplombent ces lacs. On remarque sur ces pentes un déboisement à grande échelle, des constructions anarchiques et des pratiques culturales inappropriées. La plus part de nos paysans et riverains cultivent en désordre par manque des connaissances des pratiques de l’agriculture sur les pentes, » Explique-t-il.

En outre, les érosions et la présence des déchets dans le fond des lacs sont aussi à la base de la montée des eaux.

« L’érosion sur les flancs de montagnes et tous les effets combinés notamment nombreux déchets et matériels durs qui sont charriés vers les lacs, provoquent la sédimentation pour dire que le fond du lac diminue et les eaux vont augmenter. De cette augmentation, il y a risque d’un débordement, » conclu Pascal Masilya.

Signalons que selon plusieurs analyses, le débordement des eaux de lacs qui se fait observer ces derniers temps au Sud-Kivu est périodique. La population devrait savoir que les lacs retourneront à leur lit normal, mais aussi devrait prendre des précautions en évitant de jeter des déchets dans les lacs.

 Par Hortense Zabona 

Leave a Response

× Contactez l'équipe de deboutrdc.net