+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
mardi, août 3, 2021
Toilette dans une université de la place
Environnement

Sud-Kivu : Plusieurs Divisions dépourvues des lieux d’aisances

L’accès à des toilettes est loin d’être assuré dans des institutions publiques en province du Sud-Kivu, plus particulièrement dans la ville de Bukavu. Dans certains services de l’Etat, on y retrouve des installations sanitaires qui datent de l’époque Belge et qui sont devenus vétustes, sans aménagement ni assainissement, et dans lesquelles l’eau de la Regideso ne coule pas. Il y aurait même d’autres institutions où les toilettes sont presque inexistantes. Un problème qui aurait des répercussions sanitaires alarmantes, à en croire certains spécialistes en matière de santé.

Selon un constat fait par DeboutRDC, l’assainissement des toilettes est une notion d’importance capitale, mais qui échappe presque à la majorité des responsables des différentes divisions provinciales. Cet endroit dit « lieu d’aisance » ne reflète pas la sensation qui devrait en résulter, suite à la dégradation.

Visiblement, le nettoyage quotidien des toilettes s’effectue rarement, une odeur nauséabonde, un manque de produit d’hygiène comme le détergent, du papier toilette, de l’eau et du savon. La grande majorité des portes de ces toilettes sont verrouillées et marquées « hors usage ». D’aucuns s’interrogent sur les lieux où les dirigeants de ces maisons de l’Etat font leurs besoins intimes, s’ils seraient incapables de veiller à la propreté des toilettes.

Visiblement aucun fond n’est doté pour entretenir les toilettes et pourtant il y a des frais de fonctionnement qui sont mis à la disposition de ces différentes directions.

A la division provinciale de la justice, de mine et du budget par exemple, un sentiment de malaise se fait ressentir au moment de se rendre aux toilettes suite au manque d’entretien de ces sanitaires.

Les carreaux des murs ont fini par perdre leur couleur blanche d’origine et sont devenus jaunâtres par la saleté et faute d’entretien. Des lambeaux de porcelaine demeurent collés aux murs et laissent des traces d’urinoirs cassés et jamais trouver quelqu’un pour les réparer et d’autres bouchés depuis longtemps. La rouille envahit des tuyaux d’urinoirs et ceux de conduit d’eau suite au vieillissement et difficile d’y trouver de l’eau potable pour chasser les saletés après usage.

Cette désolation serait la même dans la plupart des institutions tant publiques que privées. Mais selon des sources concordantes, il n’existe aucun projet de réfection des installations sanitaires en dégradation dans des institutions publiques.

Plus d’un observateur estime qu’il est nécessaire que les responsables de ces services de l’Etat au travers le gouvernement provincial, plus particulièrement le ministère de l’environnement, mettent sur pied un projet de politique concerté afin de trouver une solution viable face au problème de l’assainissement de toilettes et du rétablissement de l’eau.

Signalons que le regret de plusieurs est de voir que notre gouvernement au travers de ces animateurs ne se soucie pas de changer son mode de gestion mais plutôt il attend que les partenaires extérieurs réalisent ce qui était son devoir.

Par Bernardin Matabaro

Leave a Response

× Contactez l'équipe de deboutrdc.net