+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
ActualitéPolitique

SUD-KIVU : Crise politique en province, Héritiers de la Justice appelle au dialogue 

228views

La crise politique demeure persistante en province du Sud-Kivu. Cette réalité qui ne permet pas à la province de se développer commence à créer des divisions dans les différentes classes sociales. La société civile n’est pas malheureusement épargnée par cette situation. Certaines faîtières de la société civile semblent être dans le camp de Ngwabidje,  le Bureau de Coordination de la Société civile, lui, ne jure que sur son départ..

Dans un communiqué publié par Héritiers de la Justice, cette asbl passe en revue la situation chaotique dans laquelle est en train de sombrer la province du Sud-Kivu depuis la destitution du gouvernement Ngwabidje 2 par les élus provinciaux en date du 02 décembre 2021.

Selon Héritiers de la justice, depuis le retour de Théo Ngwabidje dans la province, les opinions des uns et des autres demeurent controversées. D’un côté la crise entre le gouvernement et l’assemblée provinciale et de l’autre la divergence d’idées entre différents acteurs sociaux à l’occurrence ceux de la Nouvelle Dynamique de la Société Civile et du  Bureau de Coordination de la Société Civile qui, jusqu’à présent vivent dans une atmosphère de polémique, chose qui freine le bon fonctionnement de la province et contribue au sous-développement du Sud-Kivu.

« Dans ce contexte de dissension susceptible de devenir une crise grave et persistante entre les deux institutions provinciales, les acteurs de la société civile, à travers leurs plates-formes, paraissent plus que divisés sur la position à prendre pour sauver la province. Pendant qu’une partie conduite par le Bureau de coordination de la société civile (BCSC) semble épouser la voie radicale qui s’assimile au rejet de l’arrêt de la Cour constitutionnelle en entreprenant des actions citoyennes pacifiques dont la ville-morte afin d’exiger la démission du Gouverneur, une autre branche avec à sa tête la Nouvelle Dynamique de la société civile (NDSCi) a pris une position qui s’incline devant cet arrêt qui d’ailleurs n’est susceptible d’aucun recours conformément à la Constitution et aux lois de la République », peut-on lire dans ce communiqué.

En outre, cette association sans but lucratif estime que la société civile du Sud-Kivu avec son caractère pluriel devrait plutôt s’engager sur l’axe du rapprochement des animateurs de ces deux institutions provinciales dont l’exécutif et l’assemblée provinciale ceci dans le but de les amener à se départir et à arrondir les angles de leurs divergences en s’acquittant chacun de manière complémentaire de ses prérogatives constitutionnelles et légales pour la réalisation progressive du bien-être socio-économique, individuel et collectif de la population.

Il sied de signaler que l’asbl Héritiers de la Justice appelle les élus provinciaux et le gouvernement provincial à se remettre en cause et à mettre au premier plan l’intérêt supérieur de la province en privilégiant la voie pacifique de règlement de leur différend qui n’a que trop duré au préjudice des attentes du souverain primaire.

Elle les invite à répondre positivement à toute initiative de dialogue qui proviendrait de l’une ou l’autre partie et/ou de médiation qu’envisagerait une tierce partie.

Aussi, se basant sur la constitution et les différentes lois de la république en rapport avec la gestion des provinces, Héritiers de la justice rappelle le Gouvernement national que le contrôle juridictionnel est le seul contrôle légal que l’Etat exerce sur les provinces mais pas une autorité de tutelle.

Hortense Zabona

Leave a Response