+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Actualité

BUKAVU : Christopher Bisimwa Safari, un défenseur des opprimés au service de la communauté

184views

Né le 13 Janvier 1973 à Shabunda, Christopher Bisimwa Safari, est bien plus qu’un simple candidat député national. Il est le fils de Joseph Bisimwa Kahasha et de M’Mpuruta Victorine. Son parcours a été marqué par les défis de la vie militaire, une expérience qui lui a fait connaître toutes les facettes des difficultés existantes. Malgré cela, fort de plusieurs engagements au service des opprimés, il a pris la décision de se porter candidat député national à Bukavu, représentant le parti politique « Ensemble pour la République » de Moïse Katumbi, sous le numéro de candidature 238.

Dans le cadre de la promotion des candidats défenseurs des droits de l’homme, DEBOUTRDC a eu le privilège de s’entretenir avec Christopher BISIMWA SAFARI le 27 Novembre 2023, dans son bureau situé sur Avenue Kalehe, à Ibanda.

Bonjour Monsieur Christopher BISMWA, comment allez-vous ?

Bonjour Monsieur le journaliste, je vais bien, merci.

En quelques mots, pourriez-vous nous parler de votre parcours scolaire?

Mon parcours scolaire a débuté à l’E.P Lwami de Kabare pour l’école primaire, suivi de l’Institut NENGAPETA où j’ai terminé l’école secondaire en 1992. Avant d’entrer à l’université, j’ai étudié la philosophie au grand séminaire. En 2014, j’ai obtenu ma licence en science de gestion management de projet à l’Institut Supérieur de Management (ISM-BUKAVU). Actuellement, je suis enseignant à l’université en tant qu’assistant, notamment dans des institutions privées telles que l’ISM, l’ISTD, l’UP, etc.

Avez-vous suivi d’autres formations au cours de votre parcours?

J’ai participé à plusieurs formations, mais celle qui a le plus marqué mon engagement est celle sur le leadership féminin en Géorgie. J’ai également suivi des formations en suivi et évaluation de projet, ainsi qu’en droit reproductif de la femme. Des formations sur le VIH/SIDA et les droits de l’enfant ont également enrichi mes connaissances. En 2010, nous avons produit des manuels d’enseignement sur les droits de l’enfant, et nous avons également contribué à la promotion des femmes, récompensant celles qui se sont distinguées.

Pourquoi avoir choisi de vous engager dans l’opposition?

Moise Katumbi et certains de ses collaborateurs dont Christopher Safari
Moise Katumbi et certains de ses collaborateurs dont Christopher Safari

Mon engagement politique a débuté vers 2015, quittant la société civile. J’ai rejoint activement le parti politique ARC (Alliance pour le Renouveau du Congo), faisant partie de l’Ensemble pour la République dirigé par Moise Katumbi. Mon choix de l’opposition s’explique par les lacunes et les échecs du régime actuel, marqué par la médiocrité et l’incapacité à gérer le pays. Face à une telle réalité, il est inconcevable qu’une personne sensée puisse se sentir à l’aise dans un tel régime. Je pense que la population congolaise est majoritairement opposée, en raison des souffrances qui lui sont infligées.

Êtes-vous prêt pour ces élections?

En 2018, j’ai été candidat député national à Bukavu. Depuis 2019, je me prépare activement pour les élections de décembre 2023. Devant les insatisfactions face au pouvoir en place, je ne pouvais pas rester passif. Mon engagement politique vise à placer l’homme au centre de toutes les actions politiques.

Quelle est votre stratégie politique ?

Ma politique repose sur mon expérience et ma morale, une richesse que je souhaite apporter en politique. Il s’agit d’une politique moralisée, luttant contre la corruption, le népotisme et la guerre, plaçant les Congolais au centre des préoccupations. Une politique rapprochant les dirigeants des dirigés, redistribuant équitablement les ressources.

Pouvez-vous expliquer votre idée d’effort de guerre ?

Pour moi, l’effort de guerre signifie une période de solidarité, où nous devons partager nos fardeaux. Lorsque nous n’avons pas les ressources nécessaires pour le développement du pays, nous devons nous unir et faire des sacrifices pour sauver la patrie. Il n’est plus question de disparités salariales, tous les Congolais ont le droit de jouir de nos richesses, sans distinction d’âge ou de statut social.

Soutenez-vous l’idée de Zéro élu-réélu?

Je lutte pour la sécurité, rien que la sécurité, assurant que chaque Congolais puisse dormir en paix, sachant que ses besoins fondamentaux sont satisfaits. En tant que démocrate, je crois en la possibilité de réélire quelqu’un qui a bien travaillé. Cependant, un pouvoir qui ne répond pas aux besoins de la population doit être remplacé. Ceux qui échouent doivent partir, sans présomption pour ceux qui n’ont pas encore eu l’opportunité de servir.

Quel est votre slogan et votre vision?

Mon slogan est clair : ‘La sécurité, encore la sécurité et rien que la sécurité.’ Ma vision pour le pays est résumée par l’acronyme ‘STELA’ : Sécurité et santé, Travail pour tous, Éducation sans discrimination, Logement pour tous, Alimentation pour tous.

D’où vient votre vision STELA?

Ma vision STELA découle de mon vécu en tant que fils d’un militaire, ayant connu toutes sortes de misères. Pour moi, apprendre de l’expérience est essentiel, et j’ai personnellement connu la faim, la soif, l’insécurité, l’exclusion en raison du non-paiement des frais scolaires, ainsi que des problèmes de logement. Je m’identifie à ces expériences et je plaide pour un leadership qui comprend les réalités du peuple.

Faut-il souffrir pour être au pouvoir?

Comme le dit l’adage, ‘l’homme se découvre devant l’obstacle.’ Personne ne peut mieux parler pour les autres que celui qui a vécu les mêmes épreuves. Je plaide pour un leadership qui a connu la faim, les difficultés et qui peut véritablement comprendre et agir pour le bien de la population. Mon engagement n’est pas seulement de changer, mais de m’approcher de ceux qui souffrent, même pendant mes périodes parlementaires.

Comment mobilisez-vous les électeurs pendant votre campagne?

La vie quotidienne des habitants de Bukavu trouve son reflet dans notre slogan STELA. Nous rassemblons tous ceux qui se reconnaissent dans la défense de cette cause noble. Certains m’appellent déjà la voix des sans voix, la force tranquille, voire le petit Moïse en référence à Moïse Katumbi, mon président. Je suis déterminé à être un député de proximité, à l’écoute de mes électeurs et à dénoncer toute forme d’antivaleur comme le népotisme, l’insécurité et la corruption.

Quels sont les problèmes majeurs que vous envisagez de résoudre une fois au pouvoir?

La redistribution équitable des richesses du pays est au cœur de mes priorités. Je m’engage à ne pas me satisfaire d’un salaire élevé pendant que d’autres touchent des revenus dérisoires. La sécurité réelle pour le peuple congolais, en mettant fin aux groupes armés qui pillent nos richesses, est également une priorité. De plus, je soutiens l’idée d’une formation militaire pour les jeunes après le lycée, non seulement pour manier les armes, mais aussi pour cultiver l’amour du pays et devenir des patriotes.

Quel est votre dernier message?

J’appelle la population à me soutenir et à me faire confiance, car je n’ai jamais trahi. Je serai présent pendant la campagne et après, en tant que député à l’écoute de mes électeurs. Mon engagement est ferme contre toute forme d’antivaleur, et je dénoncerai activement le népotisme, l’insécurité et la corruption sous toutes ses formes.

Merci, Mr. Christopher, DEBOUTRDC vous remercie.

C’est moi qui vous remercie.

Elie CIRHUZA

Vous aimez nos contenus?

Deboutrdc.net met tout son cœur pour réaliser des contenus interactifs et immersifs que vous pouvez retrouver sur tous vos supports. Journalistes, photographes, graphistes et développeurs collaborent étroitement pendant plusieurs jours ou semaines pour vous proposer des interviews et des analyses qui répondent à une grande exigence éditoriale. Leur réalisation prend du temps et des ressources considérables. Nous sommes cependant persuadés que ces investissements en valent la peine et avons fait le choix de laisser ces contenus en libre accès et dépourvus de publicité. Un choix rendu possible par ceux qui croient en l'indepenance de notre média. Pour continuer à travailler en totale indépendance éditoriale et produire des contenus interactifs, deboutrdc.net compte sur vous. Si vous souhaitez nous soutenir, veuillez nous écrire à

directeur@deboutrdc.net ou via WhatsApp à +243 854566913

.

Leave a Response

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp